Jamais trop tard pour changer de vie – PVY062

changer de vie

Aujourd’hui c’est une aventure de changement que je partage avec vous, et qui nous montre qu’il n’est jamais trop tard pour changer de vie.

Je reçois aujourd’hui Hélène Gabas, qui est Coach de Vie depuis 2 ans et demi à Bayonne. Face à des événements difficiles, Hélène a décidé qu’elle voulait continuer à être heureuse. Elle nous explique comment. Ecouter ICI

Voici sa bio :

  • Biologiste par les études
  • Surtout mère par le coeur
  • Sens aigu de l’Humain en général
  • Actuellement Coach de vie sur Bayonne

Mon parcours de vie de 2010 à 2016

2010 : femme mariée – 2 enfants étudiants partis du foyer. Vie rangée et bien remplie entre ma fonction à la maison, mon relationnel et l’association dont je m’occupais à l’époque.

Un jour de printemps, un tsunami est passé chez moi et a dévasté cette vie bien ordonnée. D »où prise de décision de divorcer (je pense que le courage était là surtout, car je ne maîtrisais aucune perspective…)

Conséquences négatives : plus aucun repères dans mes domaines de vie

  • prof : pas de travail
  • relationnel : amis qui changent de trottoir
  • famille : mes enfants loin

Sur une échelle de 0 à 10, tous les domaines de ma vie étaient à 4/10 max. Tout à reconstruire, c’est l’ image du ravin infranchissable.

Conséquences positives : 2 personnes bienveillantes qui ont commencé à faire émerger en moi une autre énergie.

  • 1 amie (dev)
  • 1 kinésiologue (dev)

Cette force m’empêchait de voir la vie en noir , bien au contraire !

De 2010 à 2013 : 3 années très sombres entre le divorce qui n’avançait pas, le décès de mon père, ma recherche de job qui n’avançait pas ….

  • J’ai dû relever des défis : aventure !
  • recherche de travail : quitter mon association avec grand regret.
  • poste d’assistante dentaire dans un cabinet sur Paris
  • Reprise des études à 47 ans et au bout de 18 mois , diplôme en poche : tout est possible ! A l’époque , j’étais encore dans un certain moule : ne pas se poser de questions , travailler pour gagner de l’argent et pouvoir vivre . Toutes les envies , désirs étaient remisés au nième plan ….)

Déclic lors d’une grève des transports : STOP : je me suis écoutée et j’ai écouté mes désirs profonds(à dev).

Conséquences  :

  • divorce prononcé, enfin en 2013 !
  • Je suis partie au Pays Basque

Histoire de courage…? Peut-être mais je n’avais pas peur. Résilience, oui. Je me suis mise dans la peau d’une femme qui a encore bien des choses à vivre et qui a décidé de ne pas subir sa vie.

En fait, ce que je ne savais pas encore, c’est que je me coachais moi-même . Puis recherche de travail dans la région. Et je me suis orientée dans un domaine où je pouvais aider les personnes car je savais que je pouvais leur apporter quelque chose.

D’où ma décision de devenir Coach  ( à la base, je ne connaissais même pas son existence à part coach sportif). 

J’ai commencé à organiser des réunions entre thérapeutes afin de faire connaissance et de permettre à chacun de sortir un peu de son bureau . Une démarche faite un peu trop tôt mais je recommencerai.

Je constate aujourd’hui que le chantier de ma vie a bien progressé :

  • Côté pro : j’ai ouvert un cabinet de coaching avec 2 collègues.
  • Côté perso : de belles choses sont arrivées dont l’achat d’un appart il y a 1 an.

 Tout est en train de se mettre en place. La patience est une règle à respecter : « toutes les poubelles les plus sales » doivent d’abord être nettoyées , du ménage doit être fait dans sa tête et parmi ses relations aussi pour permettre aux situations les meilleures et les mieux adaptées pour soi , d’arriver sur un terrain propre et fertile…..

Conclusion :

On a le choix de vivre sa vie ou de la subir, d’ accepter les situations (différent de céder) pour pouvoir avancer et aussi lâcher-prise et donc, se faire confiance. Ne pas être victime mais se poser en responsable , assumer qui l’on est.

Son Livre : « La maîtrise de l’amour  » de Don Miguel Ruiz

Son Habitude : la gratitude

  Sa Citation : celle qui est sur ma carte de visite  :  » Tous les hommes pensent que le bonheur se trouve au sommet de la montagne alors qu’il réside dans la façon de la gravir » . Confucius

Evénements à venir :

  • Des matinées Café et Chocolat pour favoriser les rencontres et les échanges entre personnes. Prendre conscience que la multiplicité des rencontres crée notre propre richesse.
  •  Des ateliers autour d’un jeu en développement personnel . Le côté ludique mais néanmoins sérieux permet à la personne de comprendre ce qu’est le coaching  et de prendre conscience de ses croyances limitantes mais aussi de ses propres ressources afin de dépasser ses peurs.
  •  Et d’autres nouveaux ateliers vont suivre . A suivre donc sur sa page Facebook et sur son site

Visionnez l’interview sur Youtube !

Vous avez aimé cet article et souhaitez m’offrir un café de remerciement ? rien de plus simple, cliquez sur le lien Tipeee si dessous ! Merci d’avance !

Développez l’esprit du Lion !

lion

Je médite quotidiennement et j’ai récemment découvert dans mon application de méditation guidée, une petite parabole que j’aimerai partager avec vous.

Cette méditation guidée s’appelle « LION MIND » en français, « l’esprit du lion ».

On a tous vu un chien courir après une balle, fou de joie, pendant des heures. Nous l’avons presque tous personnellement expérimenté. Vous arrivez avec une balle, votre chien arrive dans la seconde, et le jeu commence, à droite à gauche etc … et ça peut durer des heures. On a l’impression que le chien ne peut absolument pas s’en empêcher, n’est ce pas ?

Imaginez qu’à la place du chien, ce soit un lion (un gentil bien dressé, hein ). Même si vous n’êtes pas très familier avec les jeux préférés des lions, si ce n’est que vous pouvez facilement imaginer qu’il vous considère comme une jolie balle … est-ce que vous parvenez à imaginer le lion en train de sauter partout derrière la balle, comme un chien ?

Certainement pas. A part si vous êtes avec un jeune lionceau et encore. Vous l’imaginez plutôt, très paisiblement allongé, les yeux à demi ouverts, à peine attiré par le mouvement de la balle.

chien
Waffle – ramasseur de balles –https://wamiz.com/chiens/actu/ce-chien-ramasse-balles-et-ballons-pour-la-bonne-cause-5144.html

Que tirer de cette méditation métaphorique ?

Sommes-nous comme le chien, près à nous jeter sur toutes les « balles » qui passent à notre portée, hyper réactif, toujours en mouvement au moindre frémissement autour de nous ?

Les balles pourraient représentenr  les distractions de notre vie.

Sommes-nous toujours en train de lire nos mails à peine ceux-ci sont-ils apparus sur notre écran ? Voulons nous toujours répondre dans la minute, sans aucun recul ?

Sommes-nous toujours occupés par mille et une choses qui nous sont présentées, des invitations de dernières minutes, des engagements en grand nombre parce que nous ne savons pas dire non aux sollicitations ?

Nous laissons nous facilement détourner de nos tâches importantes, de nos objectifs, incapables de conserver notre concentration plus de quelques minutes sur un sujet ?

Ou bien, prenons-nous le temps de la réflexion, minimisant l’effort pour un maximum d’impact, comme lorsque le lion décide de se lever pour partir en chasse et déploie toute sa puissance ?

Evaluons-nous chaque nouvelle sollicitation à l’aune de nos objectifs de vie, à l’aune de notre Essentiel, avant de décider des suites et actions à donner ? Restons nous calme face à tout ce qui tente de nous agacer ? ( bon, c’est pas toujours simple, je vous l’accorde) – Retourvez ICI l’article sur l’Essentialisme

La méditation peut nous aider à regagner le contrôle, en utilisant la respiration comme une ancre pour nous rattacher au moment présent plutôt que de nous laisser emporter par nos pensées et émotions. Pour découvrir la méditation, vous pouvez commencer par lire cet article.

Au lieu de jouer le « chien » et de courir après chacune de nos pensées et émotions, regardons les tranquillement comme le lion le ferait. Voilà comment nous pourrons construire l’état d’esprit du Lion !

A vous de jouer, Soyez des Lions !

Cet article vous a plu et vous souhaitez me remercier et m’encourager à créer du contenu de qualité sans gâcher votre lecture par des bannières publicaitaires ? Alors laissez moi un petit pourboire ! Merci d’avance.

 

La Méthode KonMari avec une Pro – PVY061

KonMari

Cette semaine, je reçois Véronique Lebon, qui est Home Organizer depuis quelques mois et qui sera prochainement l’une des toutes premières françaises à être certifiée KonMari.

Voici sa bio :

« Je m’appelle Véronique, j’ai 40 ans et je vis dans le Sud-ouest, près de Pau. Je suis mariée et je suis maman de 2 garçons de 9 et 11 ans.

Il y a un an, j’ai décidé de quitter mon emploi de conseillère en assurances. En attendant d’entamer un bilan de compétences, j’ai procédé au rangement de ma maison. Au départ, je n’avais aucune méthode puis j’ai lu La Magie du Rangement de la célèbre japonaise Marie Kondo. Ça m’a fait tellement de bien que j’ai décidé de devenir home organizer pour aider les autres dans la même démarche.

Ledicia-Organisation, mon entreprise, est née en octobre 2016. J’ai appris, un peu par hasard, que Marie Kondo formait des consultants. En décembre dernier, je m’envolais pour San Francisco pour assister au séminaire de consultants KonMari. 

Aujourd’hui, je travaille à ma certification que j’espère obtenir dans les mois qui viennent. »

Les grands principes de la méthode de rangement Kon Mari :

  1. On range une fois pour toute
  2. On commence par visualiser son futur intérieur, ce qu’on a envie qu’il soit, ce qu’il va refléter
  3. On tri par catégorie et non pas par pièce.
    1. Les vêtements. Il est très important de commencer par cette catégorie car cela va nous permettre de nous entrainer au ressenti de la joie.
    2. Les livres
    3. Les papiers. Vous pouvez retrouver l’article sur la gestion des papiers ICI et la liste des papiers à conserver et la durée de conservation ICI
    4. Les komonos c’est-à-dire tout le reste : bibelots, cuisine, linge de maison, garage, cave, grenier, médicaments, produits de beauté. Dans cette catégorie, il va souvent être difficile d’éprouver de la joie pour un objet, on va alors se concentrer par la joie procurée par l’utilisation de l’objet. Exemple, le bon petit plat que l’on va pouvoir préparer grâce à tel ou tel ustensile. On essaiera néanmoins de ne garder que ce qui n’est pas substituable.
  4. On jette et l’on donne, en évitant de donner aux personnes que l’on connait. La personne que nous connaissons, généralement, ne va pas oser refuser de peur de nous froisser et par conséquent on va juste transférer notre problème d’encombrement chez quelqu’un d’autre.

Les bienfaits de la méthode KonMari :

  1. La satisfaction, la fierté de ce qui a été accompli, du tri réalisé, du nouveau visage de notre intérieur
  2. L’allègement des tâches ménagères, moins de poussière à faire, plus d’aisance à circuler dans la maison avec l’aspirateur ou le balai, moins de « nid à poussière »
  3. L’embellissement de l’intérieur
  4. La dissipation des tensions familiales. Quand tout est à sa place et n’a qu’une place connue de tous, il y a moins de cris, de mauvaises humeur, car on ne cherche plus, on trouve !
  5. Le gain de temps sur les tâches ménagères va nous permettre de passer plus de temps avec nos proches ou à faire des choses essentielles pour nous.
  6. Le changement d’état d’esprit concernant les contraintes. On ne veut plus de contraintes, on devient « soi ».

Le truc d’organisation de Véronique : Prendre des profondes inspirations avant d’arriver chez un client, pour se défaire des tensions et émotions qui ne « regardent » pas le client.

Le livre préféré : « l’Alchimiste » de Paulo Coelho 

Sa citation Préférée : « Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions » André Gide

Son site: www.ledicia-ho.fr

Lien page Facebook: https://www.facebook.com/veroniquepourledicia/

Lien LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/v%C3%A9ronique-lebon-80b7a0a6/

Identifiant Instragram: vero_ledicia

Egalement référencée sur Houzz: Ledicia – Organisation

Relisez les articles que j’ai écris sur mon expérience de la méthode :

Ma séance de tri

KonMari- 18 mois après

Video – Revue de la Méthode

Listen to « PVY 061 METHODE KONMARI AVEC UNE PRO » on Spreaker.


Cet article vous a plu et vous souhaitez me remercier et m’encourager à créer du contenu de qualité sans gâcher votre lecture par des bannières publicaitaires ? Alors laissez moi un petit pourboire ! Merci d’avance.

Range Ta Chambre ! – PVY 060 avec Stéphanie Genevois

range ta chambre

Range ta Chambre ! serait la phrase la plus répétée par les parents … Pas très fun. Mais ça va changer avec cette nouvelle Interview de Stéphanie Genevois, Maman active de 3 enfants et créatrice de Bien Être Organisée.

Voici sa présentation

Salariée pendant 15 ans sur des missions de gestion de projets, d’organisation de la qualité et des ressources humaines, j’ai appris à jongler entre mes missions professionnelles et mes responsabilités de mère de famille nombreuse.

Pourtant à la naissance de mon 3e enfant, j’ai craqué : j’ai fait un burnout, moi si organisée au bureau ! Après avoir admis que j’avais besoin d’aide, j’ai suivi une formation qui a tout changé pour moi !

J’ai repris les rênes de mon organisation familiale et j’ai quitté le salariat. J’ai créé cette activité en 2016 car je trouve inconcevable que dans notre société « moderne », une femme devenant mère se retrouve en charge du quotidien au point d’étouffer dans sa propre maison !

Aujourd’hui, j’ai le bonheur d’accompagner toutes ces mères débordées qui veulent mettre en place une organisation qui leur correspond, qui leur permet de respirer et de retrouver du temps pour elle et leur famille.

Toujours à l’écoute, je les accompagne sans jugement et m’adapte à leur mode de vie. Je déteste les solutions toutes faites !

Son Astuce de productivité: sans hésitation le pomodoro ! une fois que j’ai défini les tâches principales de ma journée, je lance mon minuteur pour plusieurs cycles de 25 mn : c’est idéal pour rester focus sur une tâche à la fois et je suis sûre de faire suffisamment de pause pour me garder mon énergie

Son Livre favori:  « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » d’Adèle Faber et Elaine Mazlish

Sa Citation /proverbe : « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas » de Lao Tseu. Je prône la méthode des petits pas dans mes coachings 😉

RANGE TA CHAMBRE ! OU COMMENT CANALISER LES JOUETS ET LE MATERIEL CREATIF DE SES ENFANTS !

Comment mettre en place une organisation positive avec les enfants

AUTONOMIE ET FONCTIONNALITE

  • Vous faciliter le quotidien
  • Leur faciliter la vie pour les autonomiser
  • Mettez-vous à leur hauteur pour avoir, le même point de vue qu’eux
  • Une place pour chaque chose
  • Si c’est utilisé tous les jours : à la hauteur de l’enfant
  • 1 fois par semaine ou moins : à hauteur d’adulte qui « donne »

Pas de trop loin de l’utilisation « normale » : les enfants aiment beaucoup jouer à côté de leurs parents.

  • Si votre enfant fait toujours du dessin sur la table de la cuisine, pourquoi ne pas garder la trousse de crayons et des feuilles dans un tiroir de la cuisine ?
  • S’ils envahissent le salon :
  • soit vous prenez sur vous de rapporter chaque soir tous les jouets dans leur chambre
  • Soit vous organisez des rangements dans le salon !

Trier : Ne mélanger par les types de jouets, prévoyez même une boite par construction, vous facilitez le rangement mais aussi le jeu ! Certains enfants ont beaucoup de mal à se retrouver devant une pile de lego en vrac

Adoptez des rangements SMART !

  • Solide
  • Manipulable
  • Accessible
  • Rapide
  • Transportable

ALLEGER

  • Faites tourner les jouets : l’enfant n’a pas besoin d’avoir tous ses jouets en permanence disponibles, ça peut d’ailleurs plutôt le stresser, et on l’entend dire « je m’ennuie, je ne sais pas quoi faire ».
  • Limiter le choix lui permet de mieux profiter de ce qui est à sa disposition. Tous les 3 ou 6 mois, mettez en caisse ceux qui sont peu utilisés et rangez-les en haut d’un placard.
  • Bien sûr choisissez avec l’enfant ce qui va être mis de côté. Et souvent vous verrez qu’un jeu délaissé reviendra dans le Top 3 des préférés !!!
  • Régulièrement : trier et refaire les ensembles, jeter ou éliminer ce qui est cassé, incomplet, dangereux, les gadgets de restauration rapide, les bouts de papiers, pâte à sel….
  • Et comme pour tout, le bazar se gère dès l’entrée dans la maison : donc limitez l’entrée des jouets ! En les rangeant régulièrement, vous saurez mieux ce que votre enfant a déjà, pour ne pas acheter en surplus, et lui faire vraiment plaisir avec une boite complémentaire de son château, plutôt qu’une énième puzzle 30 pièces )

COOPERATION

Pour susciter la coopération, introduisez la dimension de jeu

  • Une étiquette représentant le jouet ou la construction
  • par exemple, (coller des images sur le côté des boites) en empilant les certaines caisses, on crée un visage ou un décor de jeu, un château… comme un puzzle
  • Mettre une musique
  • Utiliser un minuteur
  • Selon les enfants (et l’heure), lancer un jeu de basket, jouer à viser le lit en y lançant les peluches

Toujours expliquer, donner des informations « les peluches se rangent sur le lit », « le ballon c’est dehors »

Les rituels sécurisent les enfants : décider ensemble de quand ranger les jouets : tjs avant le douche ou après, le dimanche soir et le vendredi soir : instaurer un rythme et l’écrire dans sur la fiche routine de votre enfant

Vérifier vos exigences : Est-ce que pour vous on range tous les jours ? Est-il possible de faire « relâche «  de temps en temps ??

ANCRER L’HABITUDE

  • Félicitez quand c’est fait… et n’accusez pas quand ça n’est pas fait
  • Parlez-en à votre enfant !
  • Faire avec, adapter à leur âge et à leurs possibilités
  • Patience et persévérance
  • Essayer, tester, réajuster

Si vous souhaitez avancer concrètement et efficacement sur ce domaine, je vous propose ma formule T.R.I. Trier Ranger Intégrer dédié au rangement des jouets. J’interviens personnellement pour vous guider et vous conseiller

  • Vous en avez marre des jouets répandus sur le sol ?
  • Vous souhaitez les ranger plus rapidement ?
  • Vous voulez montrer à votre enfant comment le faire seul (ou presque) ?

Vos bénéfices

  • gain de place : vous retrouverez de l’espace sur vos étagères – votre enfant a accès facilement à ses jouets
  • gain de temps : vous avez un système de rangement adapté – votre enfant peut participer et ainsi gagner de l’autonomie

Pour contacter Stéphanie :

Site : http://bien-etre-organisee.com/

Facebook

LinkedIn

Instagram

Listen to « PVY 060 RANGE TA CHAMBRE » on Spreaker.


Cet article vous a plu et vous souhaitez me remercier et m’encourager à créer du contenu de qualité sans gâcher votre lecture par des bannières publicaitaires ? Alors laissez moi un petit pourboire ! Merci d’avance.

Déplacements Professionnels Zen – La suite PVY 059

DEPLACEMENTS
Voici la suite de nos aventures en déplacement profesionnel !

La valise 

Un seul mot d’ordre, voyagez léger ! Idéalement, on fait tout pour ne jamais mettre ses bagages en soute si on prend l’avion, et pour pouvoir conserver ses bagages dans les petits porte-bagages des trains au dessus de sa tête. Donc on prend une petite valise type Cabine avec des roulettes et une poignée rétractable. 
J’en ai eu qui est assez profonde, ce qui me permet d’y mettre un certain nombre de vêtements roulés. Voici un lien vers une vidéo YouTube sur comment rouler certains vêtements pour gagner de la place sans froisser les vêtements ( testé et approuvé) , un autre spécial Homme avec que le fameux boudin caleçon-chaussette-Tshirt pour les messieurs. Depuis que j’ai montré cela à mon fils, il part en week end après les cours avec un mini sac à dos. Bon pour les filles ça marche beaucoup moins bien, les baleines des soutiens gorge risquent de ne pas supporter et en plus je doute que vous mettiez des chaussettes mesdames.
Pour les hommes, on prévoit un trio par jour de déplacement, un chemise par jour et un pantalon pour 2 jours. 
Pour les femmes, un soutien gorge pour 2 jours et une culotte par jour. J’ai pris l’habitude à chaque fois que j’achète une nouvelle parure de prendre systématiquement 2 slips assortis, ce qui m’évitent de me promener avec 2 parures.
Des collants ou bas si besoin, et on prévoit un ou deux back up. Astuces de voyageuse, misez sur les collants opaques et de longue durée. Les collants fins en voyage, il faut oublier c’est un ruine budget ! Ou alors, une tenue pantalon pour les voyages. 

Les capsules

Côté couleur, on mise sur le noir, ou autre couleur sombre. Déjà, on voit beaucoup moins les plis et après plusieurs heures dans un train ou un avion il est assez difficile de ne pas être un peu froissé. Et en plus en cas de maladresse, comme un café qui fait un saut de l’ange sur vos genoux, il y aura un moindre mal. 
On peut aussi de créer des « capsules » spéciales déplacements, avec des vêtements faciles à porter, se froissants peu et dans les mêmes teintes pour limiter les accessoires.
Dans ma capsule, en hiver c’est gris / noir. Jupe ou pantalon avec des matières qui se froissent très peu. En hiver je porte souvent des pulls à cols roulés bi matière qui ne se froissent pas, qui peuvent être portés seuls ou bien sous une veste. J’ai aussi toujours des t-shirts thermiques que l’on met en randonnée ou ou ski, ces vêtements très respirants, qui se portent prêts du corps et qui tiennent chaud, ce qui m’évite de devoir partir avec des gros pulls et de ressembler à un bidendum. J’achète les miens chez Décathlon, mais on en trouve un peu partout. La marque Uniclo propose ce type de vêtements, ainsi que des doudounes ultra light, homme ou femme, qui tiennent dans un petit pochon. Idéal pour les voyages en hiver ou en demi-saison et les soirées qui fraichissent vite. 
En été c’est un peu plus compliqué, mais je reste aussi dans les tons foncés si possible et par contre je double les hauts, d’une part à cause de la température, mais aussi parce que les vêtements sont souvent plus clairs et qu’on est pas à l’abri de tâches. D’un autre côté étant plus légers, on arrivera sans problème à faire tenir quelques vêtements supplémentaires dans sa petite valise.
N’oubliez pas de vérifier la météo du lieu de destination avant de partir, sur un site fiable et de revérifier juste avant de partir, cela vous évitera de partir avec une petite robe en lin parce que la météo annonce 25 degrés à Paris et de vous geler à Bruxelles par 15 degrés.
Si vous voyagez en avion et  devez mettre votre bagage en soute, essayez de voyager avec une partie de votre tenue « d’apparat ». Cela évitera qu’en cas de perte de votre bagage, vous arriviez à votre rendez vous client en jogging baggy et baskets. On pourra par exemple mettre un pantalon habillé et un haut plus décontracté. Il est toujours plus simple de trouver une chemise ou un chemisier qui vous ira, qu’un pantalon.
Prenez des chaussures confortables, on marche beaucoup dans les gares et les aéroports, on monte on descend, bref on oublie les talons aiguilles et sans tomber dans la basket, on peut trouver une paire de chaussures habillée et confortable et surtout stable mesdames !

La trousse de toilette

Dans la valise, on ajoute une trousse de toilette light. On fait tout ce qu’il faut pour avoir tous ses produits en format échantillons. Si vous voyagez beaucoup, vous savez que tout ce qui peut permettre d’alléger le poids des badges et de sauver votre dos, est bon à prendre. Par ailleurs pour les voyages en avion, il faut que tous les liquides et crèmes tiennent dans un petit sachet pratique donc pas le choix. Si vous avez une chevelure qui nécessite un entretien avec 3 produits specifiques, sans quoi vous ressemblez à une botte de paille, essayez les shampoing secs. Ils se vendent en supermarché ou en parapharmacie, en petit format pour le voyage et c’est super pratique. On essaie aussi de limiter les produits de beauté et de maquillage, encore une fois, on trouve des miniatures ou des échantillons. 
Si vous voyagez beaucoup, vous aurez tous vos produits en double, jusqu’à la brosse à dent, et cette trousse restera quasiment toujours dans votre valise. Au moins vous n’oubliez rien. Et régulièrement vous réapprovisionnez ce qui vient à manquer. Par ailleurs, tous les hôtels proposent savons et shampoings qui permettent de tenir quelques jours, même si vous n’avez pas votre super gel douche ultra hydratant rajeunissant à la fleur de tiaré sauvage des plaines du nil 😉 Si on prend l’avion, on fait très attention à la taille des contenants ( rechercher des échantillons ou bien des formats voyage), et tous les liquides et crèmes doivent tenir dan sune poche plastique.
Vous pouvez aussi vous créer une check list, qui vous permettra de vous assurer de ne rien oublier. A utiliser à l’aller et aussi au retour… pour ne pas laisser une paire de chaussette sous le lit ou un caleçon dans les draps. Utilisez l’application rappels / liste sur Iphone. Créez une liste que vous allez cocher à l’aller, puis au retour, revenez sur la liste, faites « Afficher les rappels terminés » et décochez la liste au fur et à mesure que vous faites votre valise. Voir aussi l’article sur cette application.
Avant de partir, la veille, on charge tous ses appareils électroniques. Pour certains vous n’aurez peut être même pas besoin de prendre le chargeur, comme pour certains ordinateurs portables par exemple. Pour les smartphones, c’est plus difficile. N’oubliez pas votre chargeur, ou bien adoptez le chargeur en double qui lui aussi va rester dans votre valise tout le temps.
On n’oublie pas son petit pilou pilou non plus, des boules quiès, car même les plus grands hôtels peuvent être bruyants. On emporte son kindle pour éviter de prendre un livre trop lourd ou bien un petit livre de poche à lire dans les transports sans être trop lourd.
Si on peut se passer de prendre un seconde paire de chaussures, c’est autant de place de gagner et de poids en moins à porter. Et cela laissera peut-être une petite place pour vos chaussures de sport, car bouger fait du bien surtout après un long vol ou des heures assis dans un train. Alors on prend son joli short et ses baskets pour bouger son corps !
Si on prend des médicaments, on ne les oublie pas et d’une manière générale. En cas de médicament indispensable, on pense à les garder dans son sac à main, ET dans son bagages. On prend un minimum de « trucs ». J’emmène toujours un médicament pour les maux de tête (un peu normal me direz vous) mais aussi un truc contre les maux de ventre type Spasfon et un autre contre la diarrhée. Parfois on mange des aliments qu’on ne connait pas bien, ou bien on prend un coup de froid dans l’avion ou le train, bref, on essaie de prévoir en fonction de ses fragilités. J’emporte toujours aussi des huiles essentielles de lavande et de citron. En cas de doute sur ce que j’ai mangé, quelques gouttes sur un peu de sucre et hop me voilà « sauvée ».
On prend aussi du gel bactéricide, en mini contenant, des lingeries nettoyantes pour les mains voire des vignettes déodorantes en été, ou si on a tendance à beaucoup transpirer dès que l’on se démène un peu.
Enfin, pour les vols de plus de 3 heures, on pense à ses bas ou chaussettes de contention, on n’est jamais trop prudent.
Et malgré la longue liste que je viens de vous faire, je vous assure que cela tient dans un bagage cabine, en tout cas j’y arrive jusqu’à une semaine. 
Pour vous mesdames, faites votre possible pour limiter le nombre de sacs. Valise, plus sac à main et sac ordinateur, ça fait beaucoup. Choisissez méticuleusement votre compagnon de voyage afin d’en tirer de meilleur parti et de voyager le plus légèrement possible. Un petit aperçu de comment je me suis allégée pour le bureau et pour le perso.
N’oubliez pas une petite pashmina pour le voyage il fait toujours atrocement froid dans les avions ou les trains et les plaids proposés parfois ne sont pas d’une propreté extrême. 
On peut aussi prévoir un coussin pour le cou, et des écouteurs anti-bruit pour profiter pleinement de son voyage.

Le pré-acheminement

Selon son lieu de résidence, on va se rendre à la gare ou l’aéroport en taxi, avec son véhicule ou en transport en commun.
En transport en commun, si ce n’est pas aux horaires habituels, vérifiez les horaires la veille, ainsi que la possibilité de travaux ou perturbations prévues.
En taxi, réservez la veille, mais pas à 22 heures . Si vous y allez avec votre véhicule, vérifiez aussi les travaux de nuit si vous êtes en grande ville. Une partie de périphérique fermé ou un tunnel et ce peut être la fin de votre voyage.
Pensez  à réserver le parking aussi, car dans certaines gares, les places sont chères même très tôt le matin.

Pensez à Ector.


ECTOR
Voiturier Ector – Gare de l’Est

Vous pouvez aussi faire appel à un voiturier comme Ector, service que je recommande vivement et que j’utilise très souvent. C’est juste parfait. On réserve au plus tard la veille via le site web et on paye de suite. On reçoit un texto de confirmation avec le nom de notre voiturier. Le jour du départ, on prévient son voiturier de l’heure d’arrivée à la gare ou l’aéroport. On remet sa voiture au voiturier que l’on reconnait facilement avec sa veste jaune fluo, qui la prend en charge et vous la rapporte le jour de votre retour à l’heure désirée.  la prise en charge, le jeune homme fait des photos de la voiture, pour « enregistrer » l’état de votre véhicule. Au retour, on fait aussi le tour ensemble pour vérifier qu’il n’y a pas de « bobos ». Et en plus le service vous fait faire des économies de folie ! ( comparé à env 36 euros la journée de stationnement en parking de gare et aéroport …) . Les tarifs sont rapidement degressifs. Ector est présent partout en France (ou presque) dans les aéroports et les gares. Votre véhicule est garé dans les environs de la gare, dans un parking sécurisé. Voici mon code de parainage, qui vous permettra d’économiser 10 € sur votre première utilisation (et moi aussi). PARR8614623

Trucs en vrac

Si vous voulez vous garer tout seul à force vous aurez des astuces perso, comme d’aller au niveau -2 ou -3 allées 25 à 30 à CDG F, d’aller directement à l’avant dernier niveau au parking Méditérannée à la gare de Lyon ou bien de la gare du Nord, au niveau 1 à la gare de l’Est, etc. Pensez à prendre en photo le numéro de votre parking et à conserver votre ticket de parking avec vous ( il peut être utile pour entrer dans le parking ensuite).
Pensez à emporter aussi une petite bouteille d’eau, à acheter après les contrôles de sécurité si vous prenez l’avion. L’air dans les trains et les avions est souvent très sec en raison de la climatisation et l’hydratation est très importante. Pour les vols longs essayez de vous contenter de boire de l’eau et d’éviter à tout prix l’alcool ou les sodas, qui en plus de vous déshydrater un peu plus ne va pas vous aider à supporter le décalage horaire.
Enfin, passez aux toilettes juste avant de monter dans le train ou l’avion, ce sera toujours plus propre qu’une fois à l’intérieur ( les dames me comprennent)
Si vous partez en train, prévoyez d’arriver bien avant le départ du train. Cela vous permettra de monter tranquillement à votre place, de vous installer calmement de sortir vos petites affaires, de plier correctement votre veste ou votre manteau. Partir avec un esprit détendu est bien mieux que d’arriver transpirant juste au moment de la fermeture des portes. 
SI vous prenez l’avion, prenez l’habitude de mettre les produits liquides dans la poche plastique chez vous, cela vous fera gagner du temps au contrôle de sécurité et pour les dames, pensez également à tous les produits qui pourraient se trouver dans votre sac à main, comme la crème pour les mains, le gel bactéricide etc, sinon ce sont de précieuses minutes perdues au contrôle, sans compter l’agacement bruyant des autres voyageurs.
Idem pour les appareils électroniques, on fait au mieux pour les mettre tous au même endroit afin de les sortir rapidement

Pendant le trajet

Je vois très souvent mes petits camarades de voyage se ruer sur leur portables à peine installés. Sauf urgence réelle je préfère prendre le temps de mes déplacements pour me reposer, pour lire, écouter de la musique, méditer, lire des documents, braistormer sur un sujet, revoir mes to-do. Je trouve particulièrement inconfortable de tenter de travailler sur mon ordinateur en avion, en classe éco, avec ma grande taille, je ne parviens déjà pas à mettre mes jambes convenablement alors ajouter une tablette et un ordi, No way.
En train pareil, sauf urgence, pas de PC. Et en plus, tous vos voisins voient ce que vous faites. Donc si vous êtes sur des dossiers sensibles, il vaut mieux être prudent. Je vois très souvent des gens lorgner longuement sur les travaux de leurs voisins, et je vois des voisins qui bossent sur des sujets confidentiels au vue de tous. Prévoyez un protecteur d’écran si vraiment vous devez travailler en voyageant et restez discrets lors de vos appels téléphoniques. 
J’ai voyagé récemment près d’une petit groupe qui visiblement se rendait chez un client pour défendre une offre commerciale. Après 2 heures, je pense que j’aurais été en mesure de réciter leur proposition, chiffres compris. Alors imaginez si leurs concurrents étaient eux aussi dans ce train, ils seraient régalés. Car si vous allez soutenir une offre chez un client il y a de forte chance que vos concurrents y aillent aussi ! Donc soyez discrets, car d’une part les autres voyageurs ne sont pas là pour vous servir de spectateurs, ils n’ont que faire de votre vie privée ou professionnelle. Alors silence !
Si le trajet est long, prenez régulièrement un peu d’exercice, en marchant dans les allées, ou en allant à l’arrière de la cabine pour faire quelques étirements. 

A l’hôtel 

Profitez des salles de sport ou  de la piscine s’il y en a. Vous avez besoin de vous détendre, les voyages fatiguent. Nos amis ont beau tous nous dire que nous avons trop de chance de tant voyager, mais à de rare exception près, on voit surtout les aéroports, les locaux du client ou des collègues ou des fournisseurs, l’hôtel et le restaurant. Il est assez rare que l’on est réellement le temps de faire du tourisme lors des déplacements, surtout les petits déplacements. Au bout d’un moment on connait parfaitement les détails de tous les aéroports et gares, les bon plans pour les hôtels ou restaurants, mais on ne sait rien d’autre sur les villes ou pays visités dans ce cadre. 
Par contre on rentre éreinté. Donc si on peut et dès qu’on le peut, on se détend, on se ressource. On évitera autant que possible les plats lourds, les alcools, ce qui n’est pas toujour facile, car souvent vos collègues, clients ou fournisseurs veulent diner avec vous, pour ne pas vous laisser seul à l’hôtel. C’est fort louable, alors que bien souvent, vous ne rêvez que d’une belle assiette de crudités,de prendre un grand bain et de vous mettre au lit. Et si cela doit durer plusieurs jours, vous risquez aussi la prise de poids sévère si vous voyagez beaucoup. Enfin, si vos voyages sont fréquents et sur les mêmes destinations, n’hésitez pas vous organiser sur place. Certains hôtels proposent gratuitement un service de conciergerie qui permet de laisser sur place une petite valise en permanence. Ainsi vous pourrez voyager encore plus léger. 
Pour les repas, on peut utiliser des applications comme La fourchette, Yelp, ou tripadvisor, qui permettent de changer de la nourriture de l’hôtel et du fast food.
Nous arrivons au terme de cette mini série sur les déplacements profesionnels.
Partagez ci dessous vos astuces pour voyager « zen » !

Listen to « PVY059 VOYAGES PRO ZEN 2 » on Spreaker.


Cet article vous a plu et vous souhaitez me remercier et m’encourager à créer du contenu de qualité sans gâcher votre lecture par des bannières publicaitaires ? Alors laissez moi un petit pourboire ! Merci d’avance.

Déplacements Professionnels Zen – PVY 058

déplacements
Les déplacements professionnels sont plus ou moins bien vécus en fonction des tempéraments de chacun, des conditions dans lesquelles votre entreprise vous permet de voyager, de la fréquence des déplacements, de leur éloignement.
Il va sans dire qu’entre le cadre qui voyage en Business, arrive 1 jour avant ses rendez vous, et repart 1 Jour après, a une chambre somptueuse dans un hôtel Spa et celui qui voyage en éco, les genoux sous le menton, avec le premier vol /train et rentrera le même jour par le dernier, il y a un monde.
La course aux économies de bout de chandelles entraine nombre d’entre nous à voyager en mode économie, sans compter la pression que l’on peut se mettre tout seul, parce qu’on n’a pas envie de dormir loin de chez soi, parce qu’on ne peut pas partir trop longtemps, parce que la boite mail explose après une journée d’absence etc…
Il y a cependant quelques astuces qui permettent de voyager zen – ou presque- et de rester productif. Ecouter sur Spreaker

Avant – La préparation

Réservations  des titres de transport :

Quand réserver

On est souvent balancer entre réserver tôt pour payer moins cher, mais sans remboursement possible ou bien partiellement,  et attendre pour être sûr que le rendez vous n’est pas annulé. J’aurai tendance à dire que cela dépend vraiment des personnes que vous allez visiter, de leur fiabilité à respecter leurs engagements mais aussi de votre propre faculté à résister aux changement d’emploi du temps que l’on souhaite vous voir faire.
Cela dépend aussi des destinations, du nombre de types de transport disponibles et de leur fréquence. 
Si vous une savez pas trop, demandez à des collègues qui « savent », à une assistante de direction qui fait de nombreuses réservations, elle vous donnera certainement de bons conseils.
Personnellement, je dois réserver les voyages en avion assez longtemps en avance en raison des procédures de validation des vols de mon entreprise, donc je m’y prends en avance. Pour ce qui est des billets de train, je réserve en général 10 jours avant, voire une semaine. J’ai un abonnement TGV et cela offre une grande flexibilité en cas d’annulation, tout en permettant de belles économies à chaque voyage.

Choisir sa place

Pensez aussi à choisir une place qui vous convient, dans le sens de la marche du train si vous êtes sensible au mal des transport, côté couloir si vous vous levez tout le temps ou côté fenêtre si vous êtes du genre à ne pas bouger et surtout  à ne pas supporter d’être dérangé par un voisin à la petite vessie, ou un accro du téléphone qui sort téléphoner toutes les 10 minutes. Les détails comptent quand on voyage.

Quel support

Privilégiez les supports dématérialisés pour vos titres de transport, en utilisant les applications fournies par les companies aériennes ou de train. Cela vous évitera de vous trimbaler avec une feuille supplémentaire, vous ne risquez pas de la perdre ou d’oublier de l’imprimer. Combien de billets électroniques restent sur les imprimantes …. et en cas de modification, c’est d’autant plus simple que tout ce fera depuis votre smartphone.

Réservation hôtels

En cas de réservation d’hôtels, si votre entreprise n’a pas une liste d’hôtels privilégiés, regardez les commentaires sur des sites comme booking ou tripadvisor pour avoir une idée de l’endroit où réserver.
Si vous utilisez un site de réservation en ligne « tout intégré » type Egencia, vous avez souvent la fonctionnalité de pouvoir trouver un hôtel à proximité de votre lieu de rendez vous. Un petit bémol toutefois, sur les distances indiquées, qui sont souvent des distances à vol d’oiseau. J’en ai fait l’expérience il y a un an, alors que je me déplaçais au bord du lac de Constance. J’ai trouvé un petit hôtel familial en pleine montagne qui était en principe à 15 km de mon lieu de rendez vous. Il s’est avéré qu’il était en fait à près de 40 km de route de montagne. Je ne regrette pas de l’avoir fait car c’était l’été, j’avais le temps et c’est juste magique, mais j’auras certainement été moins fière en plein hiver ! Donc, vérifier les distances AVANT ! Autre avantage de ces sites utilisés par les entreprises, ils proposent souvent des hôtels avec des chambres pré-payées, ce qui est quand même plus agréable pour votre porte feuille.
Généralement, les réservations via des sites vous envoient des mails de confirmations, qui peuvent être ensuite enregistrés dans votre calendrier électronique. Utilisez sans modération cette fonctionnalité, qui vu permettra d’avoir les coordonnées de votre hôtel sans avoir à imprimer votre réservation. Vous l’avez compris je suis adepte du voyage sans papier … Etonnant non ? 

Réservation Voiture de location 

Si vous devez réserver une voiture, pensez à demander un GPS, tous les modèles ne sont pas encore équipés. Ou bien installez une application GPS sur votre smartphone. cependant si vous allez à l’étranger, cela peut vite couter très cher sur votre forfait. Un navigateur réservé avec votre voiture sera toujours moins onéreux. Pensez aussi que les bureaux de location sous souvent bonder dès l’arrivée d’un train ou d’un vol, que les parking où l’on récupère les voitures sont rarement juste à côté des gares et aérogares. Inutile d’espérer être en voiture à peine sortie du train ou de l’avion. Donc à garder en tête avant d’annoncer une heure d’arrivée à la personne qui vous attend. ( C’est valable aussi si vous prenez le taxi, les files d’attentes sont souvent longues, il faudra donc penser à réserver un taxi à l’avance si vous êtes pressés).

Les Papiers

Vos papiers officiels

Mieux vaut qu’il soient bien à jour surtout si vous voyagez hors de l’Union Européenne. Et vérifiez la durée de validité minimale requise pour le pays. Certains pays, notamment en Asie, mais pas que,  demandent une validité de 6 mois au moment du retour, alors vérifiez bien pour éviter de rester à l’aéroport de départ. Une fois encore, les sites type Egencia vous demandent d’enregistrer tous vos documents officiels et vous envoient des rappels.
Autre solution, vous créer un rappel dans votre calendrier, dans Evernote ou autre afin de vous rappeler le renouvellement. Enfin, pensez à faire un scan de tous vos documents officiels et stockez le dans le cloud, sur Evernote, Google Drive ou dropbox, en activant la disponibilité hors connexion. Cela sera toujours utile en cas de perte ou de vol. De même, au moment de vous remettre votre passeport, on vous remet un petit papier qui vous permet de faire renouveler plus rapidement votre passeport depuis un pays étranger en cas de perte/ vol. Scannez le aussi.

Santé :

On n’oublie pas sa carte de sécurité sociale, sa carte de mutuelle, pour la France et sa carte européenne si on voyage hors des frontières. Même pour un court séjour. J’ai eu l’occasion d’aller visiter le service des urgences du Luxembourg cet été, lors d’un simple aller retour sur une journée et heureusement que j’avais ma carte. Autre astuce si jamais vous devez vous rendre chez un médecin ou un hôpital à l’étranger, demandez une facture en français si c’est possible (car la sécurité sociale française vous fera la misère pour l’obtenir) et demander aussi la mention «  réglée » sur la facture, sinon, là aussi vous allez ramer… parole de « testeuse ». 
Certaines entreprises bien organisées et ayant à coeur le bien être de leurs salariés envoient même un mémo médical et sureté aux salariés sur le point de partir en déplacement hors de France. On y trouve généralement les coordonnées des hôpitaux des principales villes, les règles de sécurité à connaitre et quelques renseignements intéressants et utiles. Là encore, direction Evernote, Google Drive ou Dropbox. Si vous voyagez souvent et un peu partout, vous aurez rapidement une petite bibliothèque qui pourra vous être utile même pour vos déplacements personnels.
Certaines entreprises proposent aussi un service d’assistance aux voyageurs. Selon les cas, on vous donne une carte à votre nom et un numéro de client à conserver ou bien, il faut vous faire connaitre au cas par cas au service concerné pour être enregistré et couvert. Là encore si vous arrivez dans une nouvelle entreprise, renseignez vous, cela pourra vous éviter d’avoir à avancer de grosses sommes d’argent si vous voyagez hors Union Européenne notamment mais pas que.

Regroupez vos réservations et documents

Si vous faites un voyage de plusieurs jours et avec plusieurs hôtels, des réservations de véhicules et différents moyens de transport, vous pourriez aussi vous créer une fiche sommaire dans Evernote. Je l’utilise en général plutôt pour mes voyages perso car mes voyages pro durent rarement plus de 2-3 jours.
Faites une note pour chacune de vos réservations, billets etc, en mettant dans le titre ce que c’est et la date de la prestation.
ensuite, faire une note sommaire qui reprendra toutes ces notes. On enregistre tout cela en local ou bien en disponible hors connexion et le tour est joué. Allez voir mon article sur Evernote, j’avais fait un mini tuto.
La suite la semaine prochaine, valise, trajet vers la gare ou l’aéroport, pendant le trajet et sur place.
N’hésitez pas à rejoindre la communauté Productiv’You, sur Facebook ainsi que le groupe privé Mes Objectifs 2017, pour voir du soutien dans la réalisation de vos objectifs dans la bonne humeur !
 

Cet article vous a plu et vous souhaitez me remercier et m’encourager à créer du contenu de qualité sans gâcher votre lecture par des bannières publicaitaires ? Alors laissez moi un petit pourboire ! Merci d’avance.

PVY 057 – LES ERREURS QUI VOUS EMPECHENT D’ATTEINDRE VOS OBJECTIFS

erreurs objectifs

En ce début d’an, c’est le moment de penser aux bonnes résolutions de 2017.

Mais voilà, vous le savez tous, entre prendre des bonnes résolutions le 1er janvier et parvenir à les tenir toute l’année, il y a un grand pas.
En effet d’après une étude menée en 2008 par un psychologue anglais, seuls 22% des personnes tiennent leurs bonnes résolutions.
Mais qu’est ce qui nous empêche de les tenir ?
Voici quelques unes des erreurs qui nous conduisent à l’échec et comment les éviter :
Ecouter l’épisode sur Spreaker. La vidéo de l’enregistrement est disponible sur YouTube

1/ Vous n’avez pas de vision :

Vous vivez au jour le jour, en vous laissant ballotter par votre environnement et vos contraintes. Vous n’avez aucune idée de là où vous voulez aller. Et si vous commenciez par réfléchir à ce que vous voulez être. Je vous propose un petit exercice un peu étrange.
Au jour de votre mort, qu’aimeriez vous laisser comme souvenirs de vous même à vos proches, vos amis, votre famille, vos collègues etc. Quelle description aimeriez vous que l’on fasse de vous ?
Répondre à cette question, pourra déjà vous aider à imaginer la personne que vous souhaitez devenir.
Avoir une vision de ce qui l’on veut être ou devenir , à 3, 5 ou 10 ans, vous aidera à tracer une ligne de « conduite » et à définir les domaines à développer. D’autres exercices sont proposés dans le ebook Mes Objectifs 2017, que j’ai créé pour vous soutenir dans cette démarche.

2/ Vous avez des tas d’objectifs mais ne savez pas les prioriser.

Parfois, nous avons pleins d’idées. Au delà du fait qu’il ne faut pas avoir trop d’objectifs, 7 à 10 grand maximum pour une année, il est très important de savoir les prioriser et ce centrer sur l’essentiel.
Quelques questions à se poser pour prioriser les objectifs :
– Vont ils me permettre de devenir la personne de ma vision ?
– Dans quelle mesure ?
– Quels sont ceux qui me permettront d’atteindre mon futur moi avec le minimum d’effort ? Pensez à la règle de 20/80. 20% de vos efforts bien ciblés peuvent vous permettre d’atteindre 80 % de votre but.
Un autre facteur à prendre en compte, c’est la pyramide des besoins de Maslow. Cette pyramide décrit les différents besoins humains, en partant des plus basiques ou besoins physiologiques ( se nourrir, se loger) jusqu’au plus élaborés, la réalisation de soi ( spiritualité..).

source : http://classedu.free.fr/spip.php?article553
Si vous utilisez cette pyramide pour catégoriser vos objectifs, cela peut vous aider à prioriser. En effet d’après Maslow, tant que les besoins d’une « couche » ne sont pas remplis il est très difficile de pouvoir travailler sur les niveaux supérieurs.
Ainsi, si vous avez décidé de travailler sur votre « zenitude » cette année, avec des séances de yoga ou de méditation, mais que dans le même temps, vous jonglez tous les jours pour faire bouillir la marmite et maintenir vos finances hors du rouge, vous risquez d’avoir de faibles résultats « zen ». Il sera sans doute plus opportun de vous fixer comme objectif d’assainir vos finances ( et un petit atelier avec Marina, L’Accro du Budget vous sera sans doute fort utile), ou bien de trouver un travail mieux payer, et une fois que ces besoins de bases seront satisfaits et que vous aurez gagné en tranquillité d’esprit de ce côté là, vous serez certainement beaucoup plus réceptif à votre cours de yoga ou votre séance de méditation.

3/ Vous ne planifiez pas vos objectifs.

Autre erreur habituelle, se fixer des objectifs avec une deadline au 31/12/2017. Vous savez que les objectifs doivent avec une cible temporelle, et il y en a une. Oui, mais la cible étant très éloignée, il y a de très bonnes chances que pendant de longs mois vous soyez tentés de procrastiner et que vous deviez mettre les bouchées doubles dans le dernier trimestre . Mais voilà, si pour certains objectifs, ça peut éventuellement fonctionner, pour d’autres cela peut s’avérer plus difficile voire vous conduire à des comportements néfastes. Perdre 20 kg en 1 an et perdre 20 kg en 3 mois, ce n’est pas le même effort et la technique utilisée pour y parvenir en 3 mois à de forte chance de ne pas être très saine ou pérenne.
La bonne technique consiste à planifier les objectifs tout au long de l’année et de ne pas mettre plus de 2 ou 3 grandes échéances par trimestre.
Se fixer des étapes est aussi très bénéfiques. Ainsi, si l’on reprend l’exemple des 20 kg à perdre, en les divisant par 12 mois, cela mais une échéance tous les mois de 1,6 kg.
On encore, vous pourrez vous fixer comme objectif de vous mettre à méditez tous les jours pendant les 3 premiers mois de l’année, jusqu’à ce que cela devienne une réelle habitude et ensuite, le trimestre suivant, vous mettez en place une nouvelle habitude ( sans perdre la première qui devrait déjà être bien ancrée)

4/ Vous ne mesurez pas vos progrès:

Sans mesure de vos progrès, vous n’aurez pas la satisfaction du chemin accompli, ni celui de ce qui reste à faire. Mesure ses progrès, régulièrement, voire tous les jours est essentiel pour la mise en place de bonne habitude et surtout pour ce rendre compte de ce qui a déjà été fait. C’est une très bonne motivation pour s’aider à continuer quand il y a des petits coups de mous.
Plusieurs techniques existent, depuis une simple feuille que l’on va cocher à chaque fois que l’on a accompli sa tâche ou objectif du jour ( lire, faire du sport etc), les applications comme goalmap, qui vous permettra d’enregistrer vos objectifs et d’assurer leur suivi et de recevoir des conseils personnalisés, ou un Bullet Journal etc.

5/ Vous n’avez pas écrit vos objectifs:

Savez vous que vous avez 42 % de chance d’atteindre vos objectifs ou résolutions, si vous avez pris le temps de les écrire. Alors allez y de bon coeur, sur votre journal, votre Bullet journal, une feuille volante, peu importe, l‘essentiel est de les écrire et aussi de les relire très souvent, pour bien s’en imprégnier. Dans le Ebook “Mes objectifs 2017”, vous trouverez des fiches pour écrire vos objectifs, les planifier et les revoir régulièrement.

6/ Vous n’avez pas pris en compte votre situation personnelle :

Sous l’effet des bulles du 1er janvier, vous avez accepté la « bonne » résolution d’aller courir 3 fois par semaine avec votre copine. Oui, mais une fois la période de dégrisement passée, ce n’est pas si simple. Votre copine, elle, est célibataire et travaille à domicile, quand vous avez 2 bambins et travaillez à 1 heure de chez vous. Du coup, voilà une jolie résolution qui risque de mourir dans l’oeuf.
Les résolutions viennent de vous, et uniquement de vous. Elles sont prises parce qu’elles correspondent à votre vision, vos valeurs, au but que vous voulez atteindre. La motivation pour les mener à bien est en vous et pas en votre copine, ami, mari, etc.
Cherchez en vous la motivation de faire ce qui est bon pour vous et laissez les autres faire leurs propres choix, mais pas les vôtres !

7/ Vos objectifs sont vagues et sans deadline.

« Cette année je me mets au sport , ou je mange mieux, ou je maigris … »
Oui, mais encore ? Vous objectifs doivent être super spécifiques et précis. « cette année je cours 2 fois par semaine, le mardi et le jeudi à 19 heures »
« Cette année je maigris de 10 kg d’ici le 31/07 »
Le fait d’avoir des objectifs spécifiques, vous permettra d’être entièrement concentrés sur eux, de pouvoir les décliner en étapes et surtout de pouvoir mesurer leur avancement.
Soyez précis autant que possible !
Vous trouverez d’autres conseils pour la mise en place d’objectifs atteignables dans mon ebook « Mes objectifs 2017 » et des outils pour les mettre en place immédiatement grâce au workbook. Alors n’attendez pas pour le télécharger !
 Rejoingnez la communauté Productiv’You sur Facebook et ainsi que le groupe privé Facebook « Mes Objectifs 2017 » , pour échanger, trouver du soutien, partager vos astuces !

2 ans de Blog et Bilan 2016

ANNIVERSAIRE
Il y a 2 ans, je lançais le blog Productiv’You ! Youhou 2 ans déjà.
J’ai fait tellement de belles rencontres grâce à ce blog, que je m’en veux de ne pas avoir persévéré dans celui que j’avais commencé en 2002. Vous avez tous été tellement ouverts, bienveillants, pleins de bons conseils ! MERCI MERCI.
Et j’ai tant appris déjà sur un domaine où je ne pipais rien ! Et j’ai encore tant à découvrir, apprendre, mettre en pratique !!!
Je suis toujours aussi fière de l’avoir fait, même si je me dis au moins une fois par jour que :
  • je devrais changer le thème du site
  • je devrais écrire plus d’articles
  • Je devrais, je devrais
Mais voilà, je ne suis pas blogueuse à plein temps, vous le savez et mes journées sont par ailleurs bien chargées, et surtout en 2016.

Début 2016 – Mes objectifs

J’ai commencé 2016 avec ma liste d’objectifs, bien écrits, bien planifiés, objectifs pour moi, pour le blog, pour mes finances, pour mon travail etc … Ma vision de moi est bien claire, ma roue de vie aussi, j’ai identifié les zones où je dois progresserait etc …
J’avais défini 10 objectifs, dont 2 étaient la poursuite des habitudes mises en place en 2015 à savoir Me coucher au plus tard à 23h pour avoir au moins 7 heures de sommeil/nuit et faire des étirements et une séance de Tai chi tous les matins.
Pour le blog, je voulais doubler le nombre de like sur FB ( atteint !! merci à vous) et continuer à poster 3 podcasts par mois ainsi que 3 articles par mois.
Au niveau perso, j’avais comme objectif d’arrêter complètement de fumer à fin octobre 2016, de ne pas grossir pendant ce processus et de marcher ou de faire du stepper au moins 3 fois / semaine.
Et les autres objectifs :
– Méditer le matin ( en plus du soir mis en place en 2015)
– Remplir le 5-minutes journal matin et soir
– Terminer l’assainissement de mes finances
– Passer un examen d’allemand et un en espagnol ( avec les cours avant) + mes cours en lignes Edx
– Créer des garde robes « capsules » ( ma démarche minimaliste).

Sur les chapeaux de roues !

Et donc me voilà partie début janvier, cheveux au vent, prête à tout casser en 2016 et en janvier tout c’est à peu près bien passé, sauf un petit manque d’activité physique ( faisait froid …) mais pour tout le reste, nickel chrome.
En Février, j’ai commencé à avoir quelques problèmes de dos, donc mon activité physique s’est encore plus ralentie. Pour le reste tout allait bien. Cours d’allemand et d’espagnol 2 fois par semaine ( chacun), 3 podcasts par moi avec l’idée « lumineuse » d’écrire tout ce que je disais, afin de faire un vrai article à chaque fois, pour ceux qui préfère me lire que m’entendre.
Et cela a plutôt bien marché, car j’ai gagné quelques auteurs cette année et aussi de nombreux abonnés à la newsletter, vous êtes plus de 400 abonnés fin 2016 et je vous en remercie du fond du coeur.
Pour les podcasts, 31 nouveaux épisodes, Des pics de téléchargement à près de 500 chacun pour les podcasts sur L’espace de travail, le changement avec Mika et Mat, dire non ou Le rangement.
Côté Blog, la fréquentation a aussi bien progressé avec près de 80000 visiteurs soit 55 % de progression par rapport à 2015 et plus de 140 000 lectures, soit 45 % de progression. Et sur 2 ans cela donne ça :
STATS BLOG
Pour beaucoup de blogueurs, cela parait sans doute ridicule, mais moi je suis très contente. Je fais avec mes possibilités de temps et l’ensemble progresse. Donc ça va bien. Les articles les plus lus sont ceux sur la méthode KonMari, le Bullet Journal, le Rangement, Evernote ou les routines.
Quelques Blab aussi avec les copines jusqu’en milieu d’année, expériences très sympathiques ! Merci les filles !
Donc encore une foi un grand merci à toutes et tous, vous me rendez très heureuse. Et j’espère que cela dure encore très longtemps.

Nouveau job !

Et puis en mars j’ai commencé mon nouveau job. Si vous avez écouté le podcast sur le changement, vous êtes déjà un peu au courant. Après 10 ans dans la même entreprise, j’ai changé . Donc saut dans l’inconnu ou presque, prise de risque ( je suis une maman seule, donc un seul revenu et pas vraiment de petits coussins à la banque et 7 mois de période d’essai), gros écart en dehors de ma zone de confort, alors que depuis des années, j’étais sur mon petit rythme de croisière, bien entourée par mes charmants collègues, avec un réseau bien établi, un truc bien rodé quoi.
Et donc, nouveau job, nouvelle culture, tout à réapprendre, nouveau lieu de travail, période d’intégration intense … J’avais un anticipé ce changement au niveau de la planification de mes objectifs afin d’être très disponible pour cette nouvelle aventure. Par exemple, j’avais enregistré pas mal de podcasts d’avance. J’ai mis en pause mes cours de langues. Et donc en mars, je n’ai pas fait beaucoup d’exercice physique, faute de temps, et surtout j’ai commencé à très mal m’alimenter. Le self de mon nouveau lieu de travail est un véritable scandale nutritionnel, impossible d’avoir de crudités qui ont vu la terre ou la lumière du soleil, idem pour les fruits, viandes en sauce, légumes cuits au petit bonheur, bref une vraie honte. Beaucoup de déplacements, avec repas au restaurant et pour ceux qui voyagent, on se rend vite compte qu’il est très difficile de conserver une alimentation saine quand on mange souvent au restaurant, et à l’étranger c’est encore plus difficile.

Ah ma voiture !

Et puis mes horaires …. non pas les horaires de travail en eux même, mais plutôt mon temps d transport qui est passé de 1 h 15 par jour à 2.30 voire 4 heures certains jours. Et cela je ne l’avais pas vu venir. Avant d’accepter ce nouveau poste, tous les matins au moment de partir, je vérifiais sur Waze le temps annoncé pour se rendre à mon futur lieu de travail, pendant plusieurs semaines et le résultat était très stable 45 à 50 minutes. Un peu plus long que mon précédent poste mais pas beaucoup plus. Sauf que …. le trajet sélectionné par Waze passe par un long tunnel, que Waze est totalement aveugle sur ce qui s’y passe et qu’au final, ce n’est pas 45 minutes ( sauf la semaine du nouvel an) mais 1heure 30 de trajet matin et soir. Résultat, j’arrive beaucoup plus tard que prévu au bureau et même en m’évertuant à partir à 18 h presque tous les jours je suis rarement chez moi avant 19.30. Et pour être franche j’arrivais chez mi totalement sur les genoux. Déjà la fatigue de tout réapprendre, qui demande une concentration maximale toute la journée, en plus tout réapprendre en anglais ( langue de travail de mon nouveau poste), plus les trajets et vous avez une Priscille totalement vidée chaque soir chez elle.
Et cette période terrible a duré pendant les 6 premiers mois. Et en plus, en mars, mon fils ainé est parti travailler à Londres et maman s’est un peu occupée de la logistique ( c’est mon métier me direz vous), la paperasse ( moins qu’en France !!), le déménagement, la traversée de Londres avec la voiture remplie jusqu’au toit, le récurage du nouveau nid de mon chéri etc etc. Dans la même période j’avais des travaux de rénovation chez moi. Je vois se dessiner votre petit sourire en coin, et ou vous vous en doutez, ça a été un peu la cata !
Mon grand étant parti, je réinvestis une vraie chambre à coucher après avoir dormi dans le salon pendant presque 8 ans. J’en profite pour réaménager complètement une chambre, minimaliser un peu plus le salon et tant que j’y suis, j’attaque très sérieuse la cuisine, c’est la grande braderie les amis. Mes weeks end sont bien (trop) remplis !

C’est quand les vacances ?

Et puis, pas de vacances … pour ceux qui ne connaissent pas le système français, on cumule des jours entre le 1er juin et le 30 mai utilisable d’une année sur l’autre. Ainsi entre mars et mai, j’ai cumulé 7 jours à prendre entre juin 2016 et mai 2017. 7 jours …. et quand depuis 15 ans, on prend très régulièrement, 2 semaines en aout, une semaine à Noel, une semaine en février, une semaine en avril, plus quelques ponts colmatés avec une dizaine de RTT, je peux vous assurer que ça fait très très mal. Car on ne va pas en rajeunissant ma bonne dame ….
Je me suis accrochée. A la faveur des beaux jours, j’ai repris des petites marches quotidiennes ou presque à midi dans mon quartier de travail ( c’est moche et urbain mais on fait avec). J’ai maintenu la pause des cours de langues jusqu’en mai. J’ai réussi à maintenir le cap sur ma diminution de cigarette ( en fait j’ai commencé janvier en fumant 10 cigarettes jour et je diminuais d’une cigarette tous les mois), les podcasts ok. J’ai créé mes capsules vestimentaires, j’ai assaini mes finances, je médite tous les matins, un peu moins le soir, car je tombe tellement de sommeil que j’ai tendance à m’endormir (!!!), je tiens le cap avec le journal quotidien. Pour compenser mon absence de cours de langues, je dégotte des podcast en allemand et en espagnol ( en plus de ceux que j’écoute en anglais), il faut dire que vu le temps que je passe en transport, j’ai le temps … Bref, au fur et à mesure j’ai dû revoir mes priorités et réajuster les deadlines fixées. Etre flexibe est devenu indispensable.

LA chute

Et arrive fin juin début juillet et là patata, c’est le drame, tout commence à partir à vaut l’eau, ou presque. Légère remontée de consommation de cigarette ( les terrasses au soleil c’est pas bon …), je me sens épuisée et commence à enchainer les petits bobos, migraines terribles à répétition, problème de rythme cardiaque, douleurs lombaires, qui m’empêchent de dormir la nuit et me font mal à pleurer quand je suis en voiture, épuisement, découragement, fatigue qui s’accumule du fait des mauvaises et petites nuits. Je parviens à faire le pont du 14 juillet qui me requinque un peu, je prends 5 jours de congés en aout que je passe à Londres ( entre 15 et 18 km de marche par jour youyou!), et je passe de magnifiques moments avec mes fils adorés. En rentrant je vais marcher à midi avec les collègues pendant une heure à midi. Mais pour ce qui est des activités « intellectuelles » c’est calme. J’ai repris les cours d’allemand en « intensif » car j’ai mon Bulats à passer et que la marche est haute. Mais le soir, je suis une loque. L’impression que les neurones ne connectent plus, que rien ne rentre, je végète en rattrapent toutes les séries que je n’ai pas vu en début d’année.
 
Septembre, Octobre, Novembre Décembre. Même combat. J’étudie tous les soirs de fin Aout à fin octobre, car tous les ans depuis 3 ans je suis un cursus du MIT sur la plage-forme EDX. Je m’accroche à suivre les 12 heures de cours et d’exercices toutes les semaines et à rendre mes devoirs chaque semaine malgré les déplacements, les trajets et les migraines qui ne font que s’accentuer au fil des semaines. Planifier son travail et son « après travail » quand on ne sait pas si le lendemain sera une journée « normale » ou une journée « migraine » ce n’est pas simple. Du coup, j’ai tendance à mettre les bouchées doubles quand ça va, mais la fatigue s’accumule. Et le jour du passage de l’examen final, qui compte pour 40 % du certificat je me plante lamentablement. Le trou, incapable de comprendre certains énoncés et j’échoue à 1 point près du diplôme … Grosse déception…. Très grosse même.
 
Je n’écris quasiment plus dans mon journal, je ne fais plus qu’un bilan mensuel au lieu d’un bilan hebdomadaire de mes objectifs. C’est la débandade les amis. 
 
Je suis chez l’ostéopathe toutes les 3 semaines car mon dos se coince de tous les côtés. En plus au bureau il fait perpétuellement froid et  la clim  me tombe sur le cou histoire de faciliter les choses. Courant septembre, tous les matins dans ma voiture, je me dis que c’est le dernier jour, que je vais arrêter cette vie de folie. Oui mon boulot est passionnant mais à quel prix ? Et pas moyen d’avoir accès au télétravail, même ne serait ce qu’une journée par semaine, c’est totalement interdit ….
Je finis par trouver un nouveau chemin pour aller travailler, qui me permet d’avoir un temps de parcours stable. 1 heure pile si je pars avant 7.15. C’est une avancée … Je maintiens ainsi une moyenne à 2 heures – 2 heures 30 par jour, je le vis un peu mieux, mon dos aussi. Adaptabilité …. et « créativité »
 
Mais je rentre toujours aussi épuisée, avec la motivation d’un poisson rouge. Il y a tant de chose que j’aimerai vous écrire, tant d’articles dans ma tête, tant de recherches que je fais, tant de livres que je lis ( dans le train), mais voilà, le soir venu, il n’y a plus de jus. Je m’affale devant une série, je surfe sur FB, LinkedIn ou Twitter, je joue à Candy Crush ( j’aurais dû le mettre dans mes objectifs car j’ai fait de grands progrès cette année), je tricote, je bricole à la maison, je fais un peu de ménage.
Une sorte de procrastination « active » ( je suis hyper active de nature alors rester plus de 20 minutes devant une série relève du miracle). Mais je ne parviens pas à me coller devant mon écran à part pour faire les podcasts, souvent à l’arrache, mais je m’accroche car je me dis que c’est une des rares choses qui m’apportent de la joie dans ces mois difficiles.
J’ai eu l’immense joie de participer au podcast avec Mat, Mika et Guillaume à l’automne. Ce fut un vrai bonheur pour moi que d’échanger avec eux. Un grand Merci les amis !
Je m’autoflagèle allègrement. Et puis, je réfléchis. Parfois, il faut savoir lâcher. Ma santé est la chose la plus importante, alors tant pis si je n’écris pas beaucoup, si je ne suis pas très présente. J’accepte de me mettre en « service minimum », ça fait mal au mental, mais c’est parfois nécessaire. Après tout, je ne sauve pas des vies, il n’y a aucune urgence dans ma passion d’écrire ( enfin ..), mon cerveau à besoin de repos, mon corps à besoin de repos, alors …
Côté vie amicale, c’est le grand calme. Je comate le week end et sors peu. Même aller au cinéma me pèse et pourtant j’adore cela et je suis abonnée.
Mon fils ( le plus jeune) rencontre de grandes difficultés scolaires cette année ( bac en juin), et il se met à faire de la phobie scolaire. Je m’en rends compte un matin où je pars plus tard que d’habitude au bureau car en général, je pars avant qu’il ne se lève. Du coup je « psychote » aussi et m’en veux terriblement de n’avoir rien vu, de ne pas être là pour lui. Alors, je reste avec lui le matin jusqu’à son départ 2 ou 3 jours par semaine pour le soutenir et tant pis si du coup je me retrouve dans le pic de circulation et que j’arrive tard, les larmes aux yeux tellement mon dos me fait mal. Je lui trouve un thérapeute pour le soutenir et l’aider à surmonter ses crises d’anxiété matinale. Pour le moment, pas de grande amélioration, mais il s’accroche mon loulou.
 
Les semaines passent. Je suis tellement épuisée que je rate régulièrement le réveil, me rendors pendant ma méditation du matin. Et comme je cours ensuite, je ne remplis plus régulièrement mon journal quotidien. Je m’offre une délicieuse pause londonnienne avec mon amie d’enfance Karine. Je lui ai sans doute fait vivre la misère avec nos 15 km de marche / jour. Mais cela a valu le coup. Nous avons vu le nouveau maire de Londres, vu passé la reine, le prince Charles, Camilia et les autres, assisté à un magnifique défilé d’anciens combattants, visitez des tas de musées, mangé des fish & chips, ri, bref 4 jours superbes !
la reine
Voiture de la Reine d’Angleterre
Au milieu de tout ce marasme, la géniale Maryse Hania me contacte pour que j’intervienne dans son réseau féminin LeRéseau. J’accepte avec plaisir et vis une très belle expérience grâce à elle. Merci Maryse, tu m’as offert une grande bouffée d’oxygène !
 
Je reçois parfois un petit message de l’un de vous, ou une revue qui me fait chaud au coeur et qui m’encourage à continuer. Un grand Merci à vous pour ces encouragements car sans que vous le sachiez, ils sont toujours tombés au bon moment. Je dois avoir un petit ange qui veille …
 
J’ai réussi à passer mon Bulats Allemand, et à obtenir un B1 ( niveau). Il n’y aura pas de Bulat en espagnol car le certificat est supprimé … mais je continue les cours.

Je n’ai pas arrêté de fumer fin octobre, mais depuis le 1er novembre, je ne fume que le soir et reste à 3-4 cigarettes ultra light maxi, souvent même moins, voire rien. Et cet objectif est repoussé en 2017.

gateau
Petits gâteaux de Noël allemands
Gingerbread Man

J’ai pris quelques kilos car mon alimentation ne s’est pas vraiment améliorée. J’ai arrêté la cantine après avoir pris 5 kg, je fais dans la salade de Monoprix, mais avec l’hiver j’ai un peu tendance à faire un détour chez Paul ou au Subway à midi et ce n’est pas ma séance de QiGong hebdomadaire le mardi qui m’aide à brûler les calories ( mais ça me détend !). En plus ma collègue allemande m’a fait découvrir les spécialités de Noel de son pays et nous avons fait un atelier « gâteaux de Noel »… bref vous voyez le genre… Ah les petits gâteaux plein de cannelle ….

Je vous passe la panne du réfrigérateur, le dégât des eaux, les soucis de santé de ma maman, les idées lumineuses d’Anne Hidalgo pour pourrir la vie des franciliens, les grèves du mois de Juin, l’Euro de foot, les risques d’attentat qui font qu’à chaque fois que je traverse le centre commercial à côté de mon bureau ou que je dois prendre un train ou un avion, je me demande si un illuminé ne va pas faire irruption …

Alors pourquoi je vous fais un 3615 Mylife aujourd’hui ?

Parce que je ne voudrais pas que vous fassiez les mêmes erreurs mes chers lecteurs et lectrices.
Parce que j’ai très certainement était trop ambitieuse sur mes objectifs 2016, et que j’ai largement sous estimé les impacts de mon changement de travail. Du coup, même si j’ai réussi à tenir une bonne partie de mes objectifs personnels malgré tout, mon nouveau poste a été validé au bout de 4 mois au lieu de 7, mes résultats profesionnels sont très satisfaisants. Mais mes objectifs  principaux, c’est à dire ceux qui concernent ma santé ont fortement pâti du manque de suivi.Ils n’étaient pas suffisamment ancrés, la potivation pas assez profonde et je me suis laissée submergée par certains événements. Et ensuite c’est la réaction en chaine. J’ai mal au dos donc je ralentis l’activité physique. Je ne fais pas d’activité physique car je passe trop de temps dans les transports, du coup mes douleurs s’accentuent car les muscles diminuent et me bloquent tout le dos, le cou et engendrent des migraines encore plus fortes et récurrentes et je ne suis pas en état de travailler convenablement mes objectifs de développement personnels. Alors le soir je végète, donc je prends du poids et je me dévalorise ( je suis nulle). Et comme je me sens mal, je ne sors pas, je mange du sucré ou du gras ou du « convenience food » ( traduisiez des trucs trop bons mais trop riches comme des gratins, des quiches, des sandwichs gras etc …) Bref c’est la spirale infernale.
 
Alors, mes amis lecteurs, au moment de prendre vos objectifs, prenez vraiment tout en compte et ne soyez pas trop optimistes sur vos possibilités. Surtout si de gros changements se profilent au cours de l’année. Soyez raisonnables, anticipez ce qui peut l’être et surtout entourez vous. Il ne faut pas que les objectifs soient trop faciles pour ne pas créer de lassitude, ils doivent être challengeant mais pas inatteignables et doivent prendre en compte tous VOS paramètres.
Je me rends compte que je ne suis pas du tout soutenue au quotidien, que cela fait des années que cela dure, mais que face à de très gros changements, c’est très très difficile de tenir le cap. Pendant les 10 ans années dans ma dernière entreprise, j’étais assez proche de quelques uns de mes collègues, et échanger quelques minutes lors d’une pause était souvent suffisant pour prendre un peu de recul et que les choses aillent lieux. Mais l’éloignement a fait son oeuvre, et « loin des yeux loin du coeur » . Et puis, il y a eu aussi le départ de mon grand du foyer. Et mine de rien et même si je clame depuis sa maissance que l’on ne fait pas des enfants pour soi, cela fait quand même un grand vide… 
Je n’ai pas réussi à identifier dans mon entourage une seule personne susceptible de m’encourager dans mes objectifs personnels. Du coup, en fin d’année, j’ai suivi la formation de Michael Hyatt Best Year Ever pour me booster pour mes objectifs fin décembre et me sentir entourée.  Et je me suis aussi inscrite au groupe mastermind de mon amie Laura McClellan, pour les 12 prochaines semaines. Je pense que cela me permettra de bien commencer cette nouvelle année. Je suis aussi dans un groupe privé FB, qui fait suite à la formation de Michael Hyatt. J’essaie d’y être active, et je compte en retirer du soutien, et d’encouragement de la part de personnes qui ont fait la même démarche sérieuse de mise en place d’objectifs et de leur suivi. Après les premiers jours, je me rends compte que cela fait un evrai différence. Même si je reçois des encouragements et conseils de parfaits inconnus, c’est mieux que de rester dans son coin. Alors mes amis, n’hésitez pas à solliciter de l’aide, du soutien, entourez vous !
Et pour aider ceux qui sont comme moi, je crée aussi un groupe FB « mes objectifs 2017 ». https://www.facebook.com/groups/mesobjectifs2017/ . Il est accessible pour les abonnés à la newsletter et à la page FB de Productiv’You. Parce que cette année je veux aussi partager avec vous les doutes, les questionnements, les victoires quotidiennes qui nous amènent petit à petit vers notre Futur Nous.

Et 2017 ?

Cette année, ma santé est ma priorité. Bouger, manger mieux, arrêter la cigarette, me détendre, écrire, écrire, écrire, lire pleins de livres de développement personnel ( et la pile est bien haute, le kingle plein à craquer).
Pour les podcasts, je vais maintenir le même rythme. Il y aura à nouveau des interviews durant l’année. J’aimerais aussi évoluer sur un format « à 2 », pour que les échanges soient plus vivants. Avis aux volontaires !
Mais surtout, je ne prévois pas des « tas » d’objectifs. J’ai bien réduit ma liste (7 objectifs), pour me laisser le temps de «reprendre du poil de la bête » et me concentrer sur la consolidation des acquis ! Et quand je me sentirai mieux, j’irai chercher dans ma loooooonguuuuue liste, il y a de quoi faire, croyez moi !

Et je vous souhaite à toutes et tous une merveille année, riche, belle, douce et bienveillante !

 

PVY 056 ORGANISATION HEBDOMADAIRE 2 – Gérer l’Agenda

agenda
Voici la seconde partie consacrée à l’organisation hebdomadaire. Après la collecte des données et leur tri, expliqués dans l’épisode précédent, nous arrivons à la mise en oeuvre de nos tâches et projets dans notre agenda ou calendrier.

Quelques règles de base pour la gestion de votre agenda :

Vous allez commencer par noter dans votre agenda des événements personnels que vous n’auriez pas encore inscrits, un diner en tête à tête, un spectacle scolaire etc… 

Les événements personnels

Pourquoi commencer par la partie perso ? Tout simplement pour ne pas les oublier et ne pas les faire passer après votre vie professionnelle.
Vos engagements personnels, le temps passé avec votre famille, ou pour vous même doivent clairement apparaitre dans votre agenda. Cela vous évitera d’allonger vos journées à l’envi, juste pour réaliser des tâches sans réellement d’importance. Vous devez vous concentrer chaque jour, pour réaliser vos tâches professionnelles, dans le temps imparti dans votre agenda, sans empiéter sur votre temps personnel. 
Si vous n’enregistrez pas vos décisions de vie personnelle, vous pourriez être tentés d’accepter des engagements tardifs, de repousser l’heure de rentrer à la maison et ainsi de détériorer vos relations familiales.
Notez aussi les plages horaires réservées à vos activités sportives, ou hobbies, les temps de trajet aussi, pour vous rendre à vos différents rendez vous, personnels ou professionnels.

Les temps de trajet

Exemple, jeudi à 19 h vous avez la réunion parents professeurs à l’école de votre fils. L’école est à 45 minutes de route. Vous allez bloquer ces 45 minutes dans votre agenda. Ainsi, pas de réunion intempestive à 18.00. Vous partirez à l’heure et arriverez à l’heure. Vous ferez de même avec vos rendez vous professionnels. Vous avez un client à voir à 15 heures, il y a 1 heure de route, vous bloquez l’heure de trajet dans votre agenda. Cela évitera que vous passiez pour la personne éternellement en retard à ses rendez vous.
Il y a un certains nombres d’engagements personnels qui sont prévus très en amont, n’oubliez pas de les enregistrer dès que vous en avez connaissance. Ainsi, votre revue hebdomadaire sera plus rapide.

La lecture de mails

On va aussi bloquer dans son agenda le temps alloué à la lecture des mails. Vous le savez si vous me suivez depuis un moment, je suis assez fanatique sur la gestion des mails. Il me parait inconcevable de pouvoir être productif et performant en étant interrompu toutes les 30 secondes par l’arrivée d’un nouvel e-mail. Vous pouvez réécouter les podcasts sur le multi tasking et la gestion des interruptions.
A part si vous travaillez dans un service client, la lecture et le traitement des mails, peuvent être réalisé dans des plages de temps définies chaque jour. La fréquence va être fonction de votre profession, mais avec 3 à 4 fois 20 à 30 minutes par jour, vous devriez très largement vous en sortir. Un exemple de planification, milieu de matinée, après votre première importante tâche, après la pause déjeuner, et avant de quitter le bureau. On peut ajouter une petite session en milieu d’après midi. Mais en général, si vous faites une séance toutes les 2h / 2h30, tout va bien se passer.  Nous en reparlerons dans un autre épisode. La lecture des mails peut être planifiée de façon répétitive dans votre agenda électronique ou papier.
Cette période consacrée aux mails, doit vous permettre :
  • la lecture,
  • le tri,
  • la réponse rapide,
  • la délégation,
  • la suppression,
  • la transformation en tâches si nécessaire ou en projet.

Plannification des Tâches

Bloquer des plages de temps

Pour la plupart des tâches, vous allez planifier leur accomplissement sur des plages de temps réservées. C’est à dire une période plus ou moins longue dédiée à un projet ou une tâche, exactement comme un entrée d’agenda pour une réunion ou un déplacement. Et cette étape se fait dans votre agenda.

Pourquoi l’agenda et pas juste un gestionnaire de tâches ?

Le gestionnaire de tâches vous permet d’avoir la liste de tout ce que vous avez à faire, trié par projet, avec, la plupart du temps un niveau de détail assez fin, c’est à dire que vous avez détaillé vos projets en petites tâches qui doivent généralement s’effectuer dans un ordre précis. Ainsi, si vous avez une présentation des résultats de votre service à préparer, vous allez commencer par définir l’objectif de votre présentation, collecter les données, peut être déléguer une partie à votre équipe, ensuite, trier et organiser vos données, les mettre en forme, rédiger la présentation, l’éditer, la répéter etc… Il y a donc un ordre logique, qui va être détaillé dans votre gestionnaire de tâches.
Par contre dans votre agenda, vous allez noter quand vous devez remettre votre projet fini, ou bien quand vous allez donner votre présentation. C’est bloqué dans votre agenda, avec une date fixe et peut être même un horaire s’il s’agit d’une réunion.
Donc d’un côté, on a le calendrier avec la deadline, de l’autre votre gestionnaire de tâches, avec l’ensemble de ce que vous devez faire pour ce projet. A vous donc, dans le temps dont vous disposez, de créer des blocs de temps pour travailler sur cette présentation. Vous n’aurez peut être pas la possibilité d’y consacrer une journée complète, vous allez donc positionner dans votre agenda, des blocs de temps, de 30 min, 1 heure, 2 heures, en fonction des besoins et de vos possibilités, pour bloquer le temps dans votre agenda, c’est à dire ne pas dire OUI à d’autres engagements et ainsi pouvoir rendre votre projet dans les temps. 
Calendrier et gestionnaire de tâches ont donc des fonctions différentes mais complémentaires.
En créant un bloc de temps dans votre agenda, vous devez être spécifique, c’est à dire indiquer clairement sur quel dossier vous allez travailler, voire même, quelques tâches vous voulez effectuer, tout dépend du niveau de détail que vous souhaitez inclure dans les notes de votre agenda.
Et vous allez plannifier ces blocs de temps sur les 2 prochaines semaines. Et chaque lundi, vous ajouterez des blocs de temps sur vos semaines à venir.
Basiquement, pour la première semaine, vous allez avoir un agenda rempli chaque jour à 60 % et pour la semaine suivante, quelques périodes bloquées mais encore un peu de temps pour pouvoir ajouter les nouvelles demandes qui vont arriver dans le semaine en cours.
En vous organisent de la sorte, vous évitez de :
  • Prendre trop d’engagements externes qui vous empêcheraient d’accomplir ce qui vous avez à faire
  • Voir vos collègues ou votre chef cannibaliser votre agenda avec des demandes de réunions que vous devriez refuser ( voir Comment Dire NON Pour garder le contrôle de votre vie professionnelle.
Personnellement j’en utilise un gestionnaire de tâches, qui est plus un gestionnaire de petits projets, qui s’appelle ASANA. Il me permet de détailler toutes les tâches d’un projet, d’avoir la visibilité sur les projets de mon équipe, de partager des projets à plusieurs etc . Mais les deux, agenda et gestionnaire de tâche cohabitent. Par ailleurs certains gestionnaires de tâches peuvent s’intégrer ou se synchroniser avec un agenda électronique comme Gmail ou Outlook.

Créer des « lots »

Au delà des projets, on va aussi créer des blocs de temps pour réaliser des tâches similaires.
Ensuite, vous allez reprendre votre liste de tâches ( ou pile de post it etc …) et vous allez les regrouper par similarité si possible pour essayer de faire des «lots».
Par exemple, vous avez plusieurs coups de fils à passer cette semaine, vous allez prévoir une plage d’une heure pour passer tous vos appels. Vous allez donc créer une entrée dans votre agenda, en détaillant ce que vous avez prévu de faire dans cette page horaire. Comme cela vous n’allez pas oublier.

Mettez de la couleur

Si vous utilisez un gestionnaire de tâches, vous allez mettre à jour la tâche avec la date et l’heure à laquelle vous avez prévu de la faire, un code couleur pour certains etc …
Si vous êtes visuels, n’hésitez pas à utilisez les couleurs pour chaque type d’activité. Personnellement j’ai des couleurs différentes pour ces catégories :
  • trajet / déplacements
  • Réunions ( physiques)
  • Conf Call / Appels téléphoniques
  • Webex
  • Travail personnel
  • Activités Personnelles ( du RDV médical en passant par la séance de sport ou le déjeuner avec une copine)

 Travaillez la taille

Ensuite vous allez trouver des tâches longues et des tâches plus courtes. En fonction de ce qui se trouve dans votre agenda, vous allez donc créer des plages de temps, où vous allez travailler sur ces tâches. Toujours en détaillant ce que vous avez à faire. Si vos tâches émanent d’un mail, vous pourrez lier le mail à la tâche de façon à avoir tout de suite le support nécessaire ou bien directement à une entrée d’agenda. Dans Outlook, il suffit de déplacer le mail vers le calendrier pour en faire une entrée d’agenda, avec jour et heure et vous avez tout le détail dans le corps de l’entrée agenda.
Les petites tâches pourront par ailleurs s’intercaler facilement entre 2 rendez vous, 2 réunions etc, en veillant toujours à laisser un peu de marge.
Enfin, si vous vous souvenez du podcast sur les Rythmes, prenez en compte votre propre rythme pour planifier les tâches. Vous préférerez peut être mettre les tâches les plus longues le matin, les plus courtes ou plus simples en après midi, ou l’inverse. 

Des Intitulés clairs et des rappels

L’intitulé des activités dans votre agenda doit être très clair pour vous, afin éviter de passer 10 min à tenter de vous rappeler ce que vous vouliez dire. Une petite normalisation vous aidera aussi à enregistrer au premier coup d’oeil votre semaine ou votre journée.
Mettez des rappels sur vos tâches, blocs de temps etc … très utiles pour rester à l’heure et ne pas arriver en retard.

Anticipez

Pensez aussi à bloquer des journées entières, très en avance, si vous avez des prévisions de déplacements, séminaires ou grands événements de ce type. Dans la plupart des agendas, on peut créer un entrée sur toute une journée, voire plusieurs, lui donner un nom, et définir si on sera disponible pour les autres ou pas. Très utile pour bloquer les périodes de congés par exemple, ça l’est aussi pour bloquer provisoirement une période.

Quelques conseils :

  • Laissez toujours une dizaine de minutes entre 2 tâches, au cas où l’une serait plus longue, pour vous permettre d’avoir le temps d’aller prendre l’air, faire une pause pipi etc sans prendre de retard et aussi pour gérer les petits imprévus. 
  • Ne sous-estimez pas le temps allouer à une tâche, doublez le temps que vous pensez y mettre en première intention, vous serez certainement plus proche de la réalité.
  • Ne remplissez jamais vos journées à plus de 60 %,   En effet, il faut compter sur les interruptions, les imprévus, les urgences etc… donc on se laisse un peu de « mou ». Croyez moi, on est toujours trop optimiste sur ce que l’on peut réellement accomplir dans une journée, et vous le savez aussi bien que moi. Donc pour éviter d’avoir un retard qui s’accumule et se dire le vendredi soir qu’il vous faudrait une journée de travail en plus cette semaine, allez y doucement dans le remplissage de votre agenda.
Cette séance hebdomadaire peut aussi être elle moment de faire votre classement, régler des tâches administratives, faire votre notes de frais, etc. Mais le principal objectif reste l’organisation de vos prochaines semaines et de vous donner de la visibilité pour accomplir vos propres objectifs et contrôler vos journées.
AU QUOTIDIEN
AU démarrage d’une journée de travail, le grand classique est de faire la liste des choses à faire, soit sa to do list.
Mais avant cela, je vous propose de commencer par une petite réunion avec vous même.
Si vous êtes familier avec la technique de travail appelée « SCRUM », vous connaissez le Daily Scrum, qui est une toute petite réunion d’équipe, tenue debout, durant laquelle chaque membre de l’équipe explique en quelques mots ce qu’il a fait depuis la précédente réunion ( la veille), ce qu’il va faire aujourd’hui et fait part des éventuelles difficultés qu’il rencontre et qui peuvent le ralentir ou l’empêcher d’atteindre son objectif.
Je vous propose de commencer chaque journée avec cette réunion rapide avec vous même et de vous posez exactement les mêmes questions, avant de vous mettre à lister vos tâches du jour sur votre To DO. Cela vous permettra d’aligner vos tâches avec vos objectifs, de mettre en évidence les potentiels blocages et d’être concentré sur votre journée qui commence.
Je vous souhaite une bonne mise en place. Si vous avez des questions ou commentaires, notez les dans les commentaires de cet article, ou sur la page Facebook. 

Cet article vous a plu et vous souhaitez me remercier et m’encourager à créer du contenu de qualité sans gâcher votre lecture par des bannières publicaitaires ? Alors laissez moi un petit pourboire ! Merci d’avance.

PVY 055 – ORGANISATION HEBDOMADAIRE 1 – Collecter et Trier

organisation
Cette semaine, nous rentrons dans une phase active et fondamentale : l’organisation hebdomadaire.
La gestion de son planning et de ses tâches est un travail de longue haleine, qui est à faire régulièrement dans le cadre d’une routine bien établie.
Cette routine a plusieurs objectifs :
  • Lister tout ce qui est à faire
  • Eliminer ce qui n’est pas essentiel ou le reléguer dans une liste «Un jour peut être» ou « plus tard »
  • Prioriser les tâches et projets
  • Planifier les tâches et projets
La régularité est essentielle, car elle évite de prendre du retard, de se laisser déborder et de louper une échéance importante. En plus, si cette routine devient une réelle habitude, vous allez la dupliquer au niveau de chaque journée de travail et vous allez au final gagner en rapidité d’exécution.
Cette organisation hebdomadaire, va être le pilier de votre organisation globale, elle vous permettra de gérer votre agenda, de planifier vos événements personnels, vos réunions et rendez vous professionnels, les réunions avec vos collaborateurs et votre temps de travail seul.
Personnellement, je le fais le lundi matin et dans mon agenda, tous les lundis matins, j’ai un bloc de 2 heures, appelé ORGA, car il est essentiel que vous bloquiez réellement du temps pour vous dans votre agenda, pour ne pas oublier de le faire, ne pas le remettre à plus tard c’est à dire jamais. La régularité de cette phase hebdomadaire est essentielle, car de cela va découler, votre TO DO, la maîtrise de votre agenda et votre zénitude d’une façon générale.
Il faut compter 2 heures au début, pendant les premiers mois et ensuite en moins d’un heure par semaine, vous devriez être en mesure de faire tourner le système.
Cela deviendra une routine et on ne va pas reparler des routines et de leur force, vous savez que j’en suis une fervente défenderesse, bien que pendant longtemps, je considérais que de faire des choses répétitives et régulièrement, c’était un truc de « vieux », que c’était avoir une vie triste que d’avoir une vie avec des routines. Depuis, j’ai bien compris que d’avoir une vie avec des routines, ce n’était pas avoir une vie routinière ! 

ORGANISATION HEBDOMADAIRE : QUAND ?

Il y a plusieurs possibilités, tant que celles-ci répondent à une contrainte essentielle : Vous devez être seul et totalement concentré sur cette activité.
Après, vous pouvez le faire le vendredi en fin d’après midi pour la semaine suivante, qui pour certains sera une bonne façon d’avoir l’esprit totalement libre pour le week end et de ne pas avoir des trucs « oubliés » qui surgissent en plein week end familiale.
Pour d’autres, le dimanche soir pourra être une option. Pour ceux par exemple qui voyagent pour ce rendre dans leur ville de travail, qui sont à l’hôtel tous les dimanches.
Dernière option, le lundi matin à la première heure. Il faudra peut être arriver plus tôt ce jour là, pour que vous soyez certain de ne pas être dérangé.
Encore un fois, quelque soit le jour et le moment choisi, il est impératif de le mettre dans son agenda, toutes les semaines, et ce dès le moment où vous décidez de le faire. Si vous utilisez un agenda électronique, vous utiliserez la fonction de répétition hebdomadaire. Si vous utilisez un agenda papier, ce sera un peu plus long, alors courage.
Si jamais vous savez à l’avance que vous ne pourrez pas effectuer votre routine de la prochaine semaine, il sera important dans ce cas, d’anticiper votre organisation personnelle, plutôt que de la reporter ou tout simplement de ne pas la faire pendant une semaine. On perd vite les bonnes habitudes et en fonction de votre métier, vous pourriez vite vous retrouver débordé.

ORGANISATION HEBDOMADAIRE : COMMENT ?

On éteint son téléphone, son smartphone. On va ouvrir sa boite mail et son agenda mais en restant OFF LINE pour éviter d’être perturbé par des mails entrants.

OUVRIR L’AGENDA

Dans cette première étape, vous prenez connaissance de votre agenda pour la semaine, mais aussi pour la semaine suivante, voire plus loin, pour avoir une idée générale de ce que vous avez déjà dans votre agenda. Par exemple, les déplacements qui sont déjà programmés depuis longtemps, les réunions récurrentes.
Vous avez donc déjà une idée du « taux de charge » de votre agenda.
Ensuite, on ne touche plus à l’agenda pour le moment.

COLLECTER LES DONNEES

C’est la phase de récupération des éléments stockés et qui sont à faire dans les prochains jours ou semaines.
Ce sont : 
  • Les mails que vous avez flagués ou tagués, ou stockés dans un répertoire particulier.
  • Les choses que vous avez noté sur votre petit carnet au fil de l’eau, dans votre billet journal ou dans une application de notes,
  • les post it que vous avez dans tous les coins,
  • des documents papiers que vous avez dans une bannette « en attente »,
  • Les listes de tâches, todo de la semaine précédente 
  • Les mémos vocaux que vous avez enregistrés dans votre voiture.
  • Des notes ou rappels qui peuvent émaner d’un CRM
  • Des documents à lire
  • des documents à classer, à archiver.
Tout dépend de votre façon de travailler, si vous êtes très digital, tout analogue, ou un mixte des deux. Bref, tout ce que vous avez mis de côté d’une façon ou d’une autre.
On va récupérer tous ces éléments, sans exception et on va commencer à trier tout cela.
Les premières fois, cela peut être long, car il est possible que vous ayez beaucoup de choses en attente, des notes partout, des piles de post it et autres. Mais on prend son courage à 2 mains, comme dans toute méthode d’organisation, c’est le premier pas qui coûte et ensuite, vous allez vous auto congratuler tellement vous allez gagner en temps et en organisation.
Cela vous parait peut être idéaliste, mais je peux vous assurer que cette technique d’organisation est un outil fantastique, que j’utilise personnellement depuis plusieurs années et comme me l’a dit récemment mon chef «  il est épaté par mon organisation personnelle ». Alors je vous souhaite aussi de pouvoir mettre un système d’organisation performant.
Comme chaque technique d’organisation, ce n’est pas un outil universel et rigide. Testez le pendant plusieurs semaines et adaptez le à votre propre de fonctionnement.

LE TRI DES DONNEES

Le tri va consister à définir ce qui doit être fait
  • cette semaine,
  • la semaine prochaine,
  • jamais,
  • ce qui peut être délégué,
  • ce qui peut être repoussé à plus tard.
En fonction de votre façon de travailler, il va donc falloir ouvrir ou créer des fichiers, ou des listes, ou un carnet, qui va correspondre aux différentes échéances.
Vous allez  tout reprendre un à un, tout relire et décider de ce que vous en faites.
Ce pourrait aussi être des tâches créés dans un gestionnaire de tâches, avec un code couleur qui différencie le degré d’urgence (ASANA, WUNDERLIST,NOZBE)
wunderlist
source : wunderlist.com
asana
source : asana.com
nozbe
source : www.nozbe.com
Quelque soit le système que vous décidez d’utiliser, prenez le temps de la réflexion.
L’outil doit correspondre à votre personnalité, ce ne doit pas être un trop grande contrainte ou un trop grand changement. 
L’idée, c’est d’avoir un endroit où vous allez « stocker » les tâches à faire et qui soit évolutif. 
Si vous utilisez le gestionnaire de tâches d’Outlook ou de Gmail, les couleurs vous aideront et vous pourrez faire évoluer la couleur de tâche, sans avoir à la saisir à nouveau ailleurs.
Vou pouvez aussi utiliser un système KANBAN, manuel ou digital. C’est un système simple et efficace, surtout pour les visuels ou créatifs. Toutes vos tâches sont inscrites sur des post it. vous les collez sur un tableau qui comportent plusieurs colonnes que vous définissez: cette semaine, aujourd’hui, la semaine prochaine, plus tard etc… 
kanban
source : www.yeswekanban.net
Vous placez vos post it dans les colonnes et au fur et à mesure vous les faites changer de colonnes, jusqu’à les mettre dans la colonne « terminé » et de les jeter. http://kanbantool.com/product
kanban organisation
source yeswekanban.net
Il existe le même système digital, qui vous permettra de vous « balader » avec, ce qui sera plus facile que d’emporter votre grand tableau. (Trello)
trello organisation
source : www.trello.com
Par ailleurs, Excel peut aussi être un excellent gestionnaire de tâches, alors si vous l’utilisez habituellement, n’hésitez pas, surtout si le look de votre liste n’est pas votre priorité.
En faisant cela, on fait très attention, on n’est pas là pour « faire » les tâches, on est là pour les catégoriser, les classer, les prioriser. A moins que vous trouviez une tâche qui va vous prendre 2 minutes, et que vous allez faire de suite, pour le reste vous ne touchez à rien.
Alors vous avez tout trié et organisé par priorité ou catégorie. Vous avez jeté ce qui est finalement inutile, dans la corbeille. Vous avez identifié ce que vous devez déléguer, et ces tâches sont soit dans une pochette pour votre collaborateur, ou bien, vous avez trouvé un mail avec une tâche pour votre collègue et  vous lui avez transmis.
Et vous vous retrouvez avec ce qui est à faire dans les 2 prochaines semaines.
On va donc pouvoir passer à la planification des tâches. A suivre …
Pour aller plus loin :
comparateurs de gestionnaires de tâches :
N’oubliez pas de revoir votre Année 2016, faire votre bilan et réfléchir à vos objectifs pour 2017 !
 
Social Media Integration by Acurax Wordpress Developers
Visit Us On TwitterVisit Us On Linkedin