2 ans de Blog et Bilan 2016

ANNIVERSAIRE
Il y a 2 ans, je lançais le blog Productiv’You ! Youhou 2 ans déjà.
J’ai fait tellement de belles rencontres grâce à ce blog, que je m’en veux de ne pas avoir persévéré dans celui que j’avais commencé en 2002. Vous avez tous été tellement ouverts, bienveillants, pleins de bons conseils ! MERCI MERCI.
Et j’ai tant appris déjà sur un domaine où je ne pipais rien ! Et j’ai encore tant à découvrir, apprendre, mettre en pratique !!!
Je suis toujours aussi fière de l’avoir fait, même si je me dis au moins une fois par jour que :
  • je devrais changer le thème du site
  • je devrais écrire plus d’articles
  • Je devrais, je devrais
Mais voilà, je ne suis pas blogueuse à plein temps, vous le savez et mes journées sont par ailleurs bien chargées, et surtout en 2016.

Début 2016 – Mes objectifs

J’ai commencé 2016 avec ma liste d’objectifs, bien écrits, bien planifiés, objectifs pour moi, pour le blog, pour mes finances, pour mon travail etc … Ma vision de moi est bien claire, ma roue de vie aussi, j’ai identifié les zones où je dois progresserait etc …
J’avais défini 10 objectifs, dont 2 étaient la poursuite des habitudes mises en place en 2015 à savoir Me coucher au plus tard à 23h pour avoir au moins 7 heures de sommeil/nuit et faire des étirements et une séance de Tai chi tous les matins.
Pour le blog, je voulais doubler le nombre de like sur FB ( atteint !! merci à vous) et continuer à poster 3 podcasts par mois ainsi que 3 articles par mois.
Au niveau perso, j’avais comme objectif d’arrêter complètement de fumer à fin octobre 2016, de ne pas grossir pendant ce processus et de marcher ou de faire du stepper au moins 3 fois / semaine.
Et les autres objectifs :
– Méditer le matin ( en plus du soir mis en place en 2015)
– Remplir le 5-minutes journal matin et soir
– Terminer l’assainissement de mes finances
– Passer un examen d’allemand et un en espagnol ( avec les cours avant) + mes cours en lignes Edx
– Créer des garde robes « capsules » ( ma démarche minimaliste).

Sur les chapeaux de roues !

Et donc me voilà partie début janvier, cheveux au vent, prête à tout casser en 2016 et en janvier tout c’est à peu près bien passé, sauf un petit manque d’activité physique ( faisait froid …) mais pour tout le reste, nickel chrome.
En Février, j’ai commencé à avoir quelques problèmes de dos, donc mon activité physique s’est encore plus ralentie. Pour le reste tout allait bien. Cours d’allemand et d’espagnol 2 fois par semaine ( chacun), 3 podcasts par moi avec l’idée « lumineuse » d’écrire tout ce que je disais, afin de faire un vrai article à chaque fois, pour ceux qui préfère me lire que m’entendre.
Et cela a plutôt bien marché, car j’ai gagné quelques auteurs cette année et aussi de nombreux abonnés à la newsletter, vous êtes plus de 400 abonnés fin 2016 et je vous en remercie du fond du coeur.
Pour les podcasts, 31 nouveaux épisodes, Des pics de téléchargement à près de 500 chacun pour les podcasts sur L’espace de travail, le changement avec Mika et Mat, dire non ou Le rangement.
Côté Blog, la fréquentation a aussi bien progressé avec près de 80000 visiteurs soit 55 % de progression par rapport à 2015 et plus de 140 000 lectures, soit 45 % de progression. Et sur 2 ans cela donne ça :
STATS BLOG
Pour beaucoup de blogueurs, cela parait sans doute ridicule, mais moi je suis très contente. Je fais avec mes possibilités de temps et l’ensemble progresse. Donc ça va bien. Les articles les plus lus sont ceux sur la méthode KonMari, le Bullet Journal, le Rangement, Evernote ou les routines.
Quelques Blab aussi avec les copines jusqu’en milieu d’année, expériences très sympathiques ! Merci les filles !
Donc encore une foi un grand merci à toutes et tous, vous me rendez très heureuse. Et j’espère que cela dure encore très longtemps.

Nouveau job !

Et puis en mars j’ai commencé mon nouveau job. Si vous avez écouté le podcast sur le changement, vous êtes déjà un peu au courant. Après 10 ans dans la même entreprise, j’ai changé . Donc saut dans l’inconnu ou presque, prise de risque ( je suis une maman seule, donc un seul revenu et pas vraiment de petits coussins à la banque et 7 mois de période d’essai), gros écart en dehors de ma zone de confort, alors que depuis des années, j’étais sur mon petit rythme de croisière, bien entourée par mes charmants collègues, avec un réseau bien établi, un truc bien rodé quoi.
Et donc, nouveau job, nouvelle culture, tout à réapprendre, nouveau lieu de travail, période d’intégration intense … J’avais un anticipé ce changement au niveau de la planification de mes objectifs afin d’être très disponible pour cette nouvelle aventure. Par exemple, j’avais enregistré pas mal de podcasts d’avance. J’ai mis en pause mes cours de langues. Et donc en mars, je n’ai pas fait beaucoup d’exercice physique, faute de temps, et surtout j’ai commencé à très mal m’alimenter. Le self de mon nouveau lieu de travail est un véritable scandale nutritionnel, impossible d’avoir de crudités qui ont vu la terre ou la lumière du soleil, idem pour les fruits, viandes en sauce, légumes cuits au petit bonheur, bref une vraie honte. Beaucoup de déplacements, avec repas au restaurant et pour ceux qui voyagent, on se rend vite compte qu’il est très difficile de conserver une alimentation saine quand on mange souvent au restaurant, et à l’étranger c’est encore plus difficile.

Ah ma voiture !

Et puis mes horaires …. non pas les horaires de travail en eux même, mais plutôt mon temps d transport qui est passé de 1 h 15 par jour à 2.30 voire 4 heures certains jours. Et cela je ne l’avais pas vu venir. Avant d’accepter ce nouveau poste, tous les matins au moment de partir, je vérifiais sur Waze le temps annoncé pour se rendre à mon futur lieu de travail, pendant plusieurs semaines et le résultat était très stable 45 à 50 minutes. Un peu plus long que mon précédent poste mais pas beaucoup plus. Sauf que …. le trajet sélectionné par Waze passe par un long tunnel, que Waze est totalement aveugle sur ce qui s’y passe et qu’au final, ce n’est pas 45 minutes ( sauf la semaine du nouvel an) mais 1heure 30 de trajet matin et soir. Résultat, j’arrive beaucoup plus tard que prévu au bureau et même en m’évertuant à partir à 18 h presque tous les jours je suis rarement chez moi avant 19.30. Et pour être franche j’arrivais chez mi totalement sur les genoux. Déjà la fatigue de tout réapprendre, qui demande une concentration maximale toute la journée, en plus tout réapprendre en anglais ( langue de travail de mon nouveau poste), plus les trajets et vous avez une Priscille totalement vidée chaque soir chez elle.
Et cette période terrible a duré pendant les 6 premiers mois. Et en plus, en mars, mon fils ainé est parti travailler à Londres et maman s’est un peu occupée de la logistique ( c’est mon métier me direz vous), la paperasse ( moins qu’en France !!), le déménagement, la traversée de Londres avec la voiture remplie jusqu’au toit, le récurage du nouveau nid de mon chéri etc etc. Dans la même période j’avais des travaux de rénovation chez moi. Je vois se dessiner votre petit sourire en coin, et ou vous vous en doutez, ça a été un peu la cata !
Mon grand étant parti, je réinvestis une vraie chambre à coucher après avoir dormi dans le salon pendant presque 8 ans. J’en profite pour réaménager complètement une chambre, minimaliser un peu plus le salon et tant que j’y suis, j’attaque très sérieuse la cuisine, c’est la grande braderie les amis. Mes weeks end sont bien (trop) remplis !

C’est quand les vacances ?

Et puis, pas de vacances … pour ceux qui ne connaissent pas le système français, on cumule des jours entre le 1er juin et le 30 mai utilisable d’une année sur l’autre. Ainsi entre mars et mai, j’ai cumulé 7 jours à prendre entre juin 2016 et mai 2017. 7 jours …. et quand depuis 15 ans, on prend très régulièrement, 2 semaines en aout, une semaine à Noel, une semaine en février, une semaine en avril, plus quelques ponts colmatés avec une dizaine de RTT, je peux vous assurer que ça fait très très mal. Car on ne va pas en rajeunissant ma bonne dame ….
Je me suis accrochée. A la faveur des beaux jours, j’ai repris des petites marches quotidiennes ou presque à midi dans mon quartier de travail ( c’est moche et urbain mais on fait avec). J’ai maintenu la pause des cours de langues jusqu’en mai. J’ai réussi à maintenir le cap sur ma diminution de cigarette ( en fait j’ai commencé janvier en fumant 10 cigarettes jour et je diminuais d’une cigarette tous les mois), les podcasts ok. J’ai créé mes capsules vestimentaires, j’ai assaini mes finances, je médite tous les matins, un peu moins le soir, car je tombe tellement de sommeil que j’ai tendance à m’endormir (!!!), je tiens le cap avec le journal quotidien. Pour compenser mon absence de cours de langues, je dégotte des podcast en allemand et en espagnol ( en plus de ceux que j’écoute en anglais), il faut dire que vu le temps que je passe en transport, j’ai le temps … Bref, au fur et à mesure j’ai dû revoir mes priorités et réajuster les deadlines fixées. Etre flexibe est devenu indispensable.

LA chute

Et arrive fin juin début juillet et là patata, c’est le drame, tout commence à partir à vaut l’eau, ou presque. Légère remontée de consommation de cigarette ( les terrasses au soleil c’est pas bon …), je me sens épuisée et commence à enchainer les petits bobos, migraines terribles à répétition, problème de rythme cardiaque, douleurs lombaires, qui m’empêchent de dormir la nuit et me font mal à pleurer quand je suis en voiture, épuisement, découragement, fatigue qui s’accumule du fait des mauvaises et petites nuits. Je parviens à faire le pont du 14 juillet qui me requinque un peu, je prends 5 jours de congés en aout que je passe à Londres ( entre 15 et 18 km de marche par jour youyou!), et je passe de magnifiques moments avec mes fils adorés. En rentrant je vais marcher à midi avec les collègues pendant une heure à midi. Mais pour ce qui est des activités « intellectuelles » c’est calme. J’ai repris les cours d’allemand en « intensif » car j’ai mon Bulats à passer et que la marche est haute. Mais le soir, je suis une loque. L’impression que les neurones ne connectent plus, que rien ne rentre, je végète en rattrapent toutes les séries que je n’ai pas vu en début d’année.
 
Septembre, Octobre, Novembre Décembre. Même combat. J’étudie tous les soirs de fin Aout à fin octobre, car tous les ans depuis 3 ans je suis un cursus du MIT sur la plage-forme EDX. Je m’accroche à suivre les 12 heures de cours et d’exercices toutes les semaines et à rendre mes devoirs chaque semaine malgré les déplacements, les trajets et les migraines qui ne font que s’accentuer au fil des semaines. Planifier son travail et son « après travail » quand on ne sait pas si le lendemain sera une journée « normale » ou une journée « migraine » ce n’est pas simple. Du coup, j’ai tendance à mettre les bouchées doubles quand ça va, mais la fatigue s’accumule. Et le jour du passage de l’examen final, qui compte pour 40 % du certificat je me plante lamentablement. Le trou, incapable de comprendre certains énoncés et j’échoue à 1 point près du diplôme … Grosse déception…. Très grosse même.
 
Je n’écris quasiment plus dans mon journal, je ne fais plus qu’un bilan mensuel au lieu d’un bilan hebdomadaire de mes objectifs. C’est la débandade les amis. 
 
Je suis chez l’ostéopathe toutes les 3 semaines car mon dos se coince de tous les côtés. En plus au bureau il fait perpétuellement froid et  la clim  me tombe sur le cou histoire de faciliter les choses. Courant septembre, tous les matins dans ma voiture, je me dis que c’est le dernier jour, que je vais arrêter cette vie de folie. Oui mon boulot est passionnant mais à quel prix ? Et pas moyen d’avoir accès au télétravail, même ne serait ce qu’une journée par semaine, c’est totalement interdit ….
Je finis par trouver un nouveau chemin pour aller travailler, qui me permet d’avoir un temps de parcours stable. 1 heure pile si je pars avant 7.15. C’est une avancée … Je maintiens ainsi une moyenne à 2 heures – 2 heures 30 par jour, je le vis un peu mieux, mon dos aussi. Adaptabilité …. et « créativité »
 
Mais je rentre toujours aussi épuisée, avec la motivation d’un poisson rouge. Il y a tant de chose que j’aimerai vous écrire, tant d’articles dans ma tête, tant de recherches que je fais, tant de livres que je lis ( dans le train), mais voilà, le soir venu, il n’y a plus de jus. Je m’affale devant une série, je surfe sur FB, LinkedIn ou Twitter, je joue à Candy Crush ( j’aurais dû le mettre dans mes objectifs car j’ai fait de grands progrès cette année), je tricote, je bricole à la maison, je fais un peu de ménage.
Une sorte de procrastination « active » ( je suis hyper active de nature alors rester plus de 20 minutes devant une série relève du miracle). Mais je ne parviens pas à me coller devant mon écran à part pour faire les podcasts, souvent à l’arrache, mais je m’accroche car je me dis que c’est une des rares choses qui m’apportent de la joie dans ces mois difficiles.
J’ai eu l’immense joie de participer au podcast avec Mat, Mika et Guillaume à l’automne. Ce fut un vrai bonheur pour moi que d’échanger avec eux. Un grand Merci les amis !
Je m’autoflagèle allègrement. Et puis, je réfléchis. Parfois, il faut savoir lâcher. Ma santé est la chose la plus importante, alors tant pis si je n’écris pas beaucoup, si je ne suis pas très présente. J’accepte de me mettre en « service minimum », ça fait mal au mental, mais c’est parfois nécessaire. Après tout, je ne sauve pas des vies, il n’y a aucune urgence dans ma passion d’écrire ( enfin ..), mon cerveau à besoin de repos, mon corps à besoin de repos, alors …
Côté vie amicale, c’est le grand calme. Je comate le week end et sors peu. Même aller au cinéma me pèse et pourtant j’adore cela et je suis abonnée.
Mon fils ( le plus jeune) rencontre de grandes difficultés scolaires cette année ( bac en juin), et il se met à faire de la phobie scolaire. Je m’en rends compte un matin où je pars plus tard que d’habitude au bureau car en général, je pars avant qu’il ne se lève. Du coup je « psychote » aussi et m’en veux terriblement de n’avoir rien vu, de ne pas être là pour lui. Alors, je reste avec lui le matin jusqu’à son départ 2 ou 3 jours par semaine pour le soutenir et tant pis si du coup je me retrouve dans le pic de circulation et que j’arrive tard, les larmes aux yeux tellement mon dos me fait mal. Je lui trouve un thérapeute pour le soutenir et l’aider à surmonter ses crises d’anxiété matinale. Pour le moment, pas de grande amélioration, mais il s’accroche mon loulou.
 
Les semaines passent. Je suis tellement épuisée que je rate régulièrement le réveil, me rendors pendant ma méditation du matin. Et comme je cours ensuite, je ne remplis plus régulièrement mon journal quotidien. Je m’offre une délicieuse pause londonnienne avec mon amie d’enfance Karine. Je lui ai sans doute fait vivre la misère avec nos 15 km de marche / jour. Mais cela a valu le coup. Nous avons vu le nouveau maire de Londres, vu passé la reine, le prince Charles, Camilia et les autres, assisté à un magnifique défilé d’anciens combattants, visitez des tas de musées, mangé des fish & chips, ri, bref 4 jours superbes !
la reine
Voiture de la Reine d’Angleterre
Au milieu de tout ce marasme, la géniale Maryse Hania me contacte pour que j’intervienne dans son réseau féminin LeRéseau. J’accepte avec plaisir et vis une très belle expérience grâce à elle. Merci Maryse, tu m’as offert une grande bouffée d’oxygène !
 
Je reçois parfois un petit message de l’un de vous, ou une revue qui me fait chaud au coeur et qui m’encourage à continuer. Un grand Merci à vous pour ces encouragements car sans que vous le sachiez, ils sont toujours tombés au bon moment. Je dois avoir un petit ange qui veille …
 
J’ai réussi à passer mon Bulats Allemand, et à obtenir un B1 ( niveau). Il n’y aura pas de Bulat en espagnol car le certificat est supprimé … mais je continue les cours.

Je n’ai pas arrêté de fumer fin octobre, mais depuis le 1er novembre, je ne fume que le soir et reste à 3-4 cigarettes ultra light maxi, souvent même moins, voire rien. Et cet objectif est repoussé en 2017.

gateau
Petits gâteaux de Noël allemands
Gingerbread Man

J’ai pris quelques kilos car mon alimentation ne s’est pas vraiment améliorée. J’ai arrêté la cantine après avoir pris 5 kg, je fais dans la salade de Monoprix, mais avec l’hiver j’ai un peu tendance à faire un détour chez Paul ou au Subway à midi et ce n’est pas ma séance de QiGong hebdomadaire le mardi qui m’aide à brûler les calories ( mais ça me détend !). En plus ma collègue allemande m’a fait découvrir les spécialités de Noel de son pays et nous avons fait un atelier « gâteaux de Noel »… bref vous voyez le genre… Ah les petits gâteaux plein de cannelle ….

Je vous passe la panne du réfrigérateur, le dégât des eaux, les soucis de santé de ma maman, les idées lumineuses d’Anne Hidalgo pour pourrir la vie des franciliens, les grèves du mois de Juin, l’Euro de foot, les risques d’attentat qui font qu’à chaque fois que je traverse le centre commercial à côté de mon bureau ou que je dois prendre un train ou un avion, je me demande si un illuminé ne va pas faire irruption …

Alors pourquoi je vous fais un 3615 Mylife aujourd’hui ?

Parce que je ne voudrais pas que vous fassiez les mêmes erreurs mes chers lecteurs et lectrices.
Parce que j’ai très certainement était trop ambitieuse sur mes objectifs 2016, et que j’ai largement sous estimé les impacts de mon changement de travail. Du coup, même si j’ai réussi à tenir une bonne partie de mes objectifs personnels malgré tout, mon nouveau poste a été validé au bout de 4 mois au lieu de 7, mes résultats profesionnels sont très satisfaisants. Mais mes objectifs  principaux, c’est à dire ceux qui concernent ma santé ont fortement pâti du manque de suivi.Ils n’étaient pas suffisamment ancrés, la potivation pas assez profonde et je me suis laissée submergée par certains événements. Et ensuite c’est la réaction en chaine. J’ai mal au dos donc je ralentis l’activité physique. Je ne fais pas d’activité physique car je passe trop de temps dans les transports, du coup mes douleurs s’accentuent car les muscles diminuent et me bloquent tout le dos, le cou et engendrent des migraines encore plus fortes et récurrentes et je ne suis pas en état de travailler convenablement mes objectifs de développement personnels. Alors le soir je végète, donc je prends du poids et je me dévalorise ( je suis nulle). Et comme je me sens mal, je ne sors pas, je mange du sucré ou du gras ou du « convenience food » ( traduisiez des trucs trop bons mais trop riches comme des gratins, des quiches, des sandwichs gras etc …) Bref c’est la spirale infernale.
 
Alors, mes amis lecteurs, au moment de prendre vos objectifs, prenez vraiment tout en compte et ne soyez pas trop optimistes sur vos possibilités. Surtout si de gros changements se profilent au cours de l’année. Soyez raisonnables, anticipez ce qui peut l’être et surtout entourez vous. Il ne faut pas que les objectifs soient trop faciles pour ne pas créer de lassitude, ils doivent être challengeant mais pas inatteignables et doivent prendre en compte tous VOS paramètres.
Je me rends compte que je ne suis pas du tout soutenue au quotidien, que cela fait des années que cela dure, mais que face à de très gros changements, c’est très très difficile de tenir le cap. Pendant les 10 ans années dans ma dernière entreprise, j’étais assez proche de quelques uns de mes collègues, et échanger quelques minutes lors d’une pause était souvent suffisant pour prendre un peu de recul et que les choses aillent lieux. Mais l’éloignement a fait son oeuvre, et « loin des yeux loin du coeur » . Et puis, il y a eu aussi le départ de mon grand du foyer. Et mine de rien et même si je clame depuis sa maissance que l’on ne fait pas des enfants pour soi, cela fait quand même un grand vide… 
Je n’ai pas réussi à identifier dans mon entourage une seule personne susceptible de m’encourager dans mes objectifs personnels. Du coup, en fin d’année, j’ai suivi la formation de Michael Hyatt Best Year Ever pour me booster pour mes objectifs fin décembre et me sentir entourée.  Et je me suis aussi inscrite au groupe mastermind de mon amie Laura McClellan, pour les 12 prochaines semaines. Je pense que cela me permettra de bien commencer cette nouvelle année. Je suis aussi dans un groupe privé FB, qui fait suite à la formation de Michael Hyatt. J’essaie d’y être active, et je compte en retirer du soutien, et d’encouragement de la part de personnes qui ont fait la même démarche sérieuse de mise en place d’objectifs et de leur suivi. Après les premiers jours, je me rends compte que cela fait un evrai différence. Même si je reçois des encouragements et conseils de parfaits inconnus, c’est mieux que de rester dans son coin. Alors mes amis, n’hésitez pas à solliciter de l’aide, du soutien, entourez vous !
Et pour aider ceux qui sont comme moi, je crée aussi un groupe FB « mes objectifs 2017 ». https://www.facebook.com/groups/mesobjectifs2017/ . Il est accessible pour les abonnés à la newsletter et à la page FB de Productiv’You. Parce que cette année je veux aussi partager avec vous les doutes, les questionnements, les victoires quotidiennes qui nous amènent petit à petit vers notre Futur Nous.

Et 2017 ?

Cette année, ma santé est ma priorité. Bouger, manger mieux, arrêter la cigarette, me détendre, écrire, écrire, écrire, lire pleins de livres de développement personnel ( et la pile est bien haute, le kingle plein à craquer).
Pour les podcasts, je vais maintenir le même rythme. Il y aura à nouveau des interviews durant l’année. J’aimerais aussi évoluer sur un format « à 2 », pour que les échanges soient plus vivants. Avis aux volontaires !
Mais surtout, je ne prévois pas des « tas » d’objectifs. J’ai bien réduit ma liste (7 objectifs), pour me laisser le temps de «reprendre du poil de la bête » et me concentrer sur la consolidation des acquis ! Et quand je me sentirai mieux, j’irai chercher dans ma loooooonguuuuue liste, il y a de quoi faire, croyez moi !

Et je vous souhaite à toutes et tous une merveille année, riche, belle, douce et bienveillante !

 
Priscille LIVENAIS
Maman divorcée et très active, j'ai une passion pour l'organisation, la gestion des projets et les outils de productivité. Mon but n'est pas de tout faire, mais de ne faire QUE ce qui compte vraiment pour mener la vie que je souhaite , tout en sérénité.
Social Network Integration by Acurax Social Media Branding Company
Visit Us On TwitterVisit Us On Linkedin